Tant bien que mal – Arnaud Dudek

Une rencontre peut à jamais changer votre vie. Lui, le narrateur à rencontrer un homme qui cherchait son chat. Il avait une Ford Mondeo. Et à partir de là, une partie de lui est morte.

Il avait 7 ans. Il rentrait tout seul de l’école à la maison en prenant le bus. Mais voilà qu’un jour, une voiture s’arrêta à son niveau. Un homme lui demande de l’aider à retrouver sa chatte blanche. Il est d’accord. Il monte dans la voiture qui se dirigea vers la forêt. 30 minutes plus tard, il était de nouveau devant chez lui. Lui, ne sera plus jamais le même. Une partie de lui est morte ce jour-là. Puis ce fut le petit T., victime d’un pédophile de mourir. Aurait-il pu éviter cela ?

Il garde en lui ce secret. Jamais il ne parlera de ce jour-là. Un jour au pressing 23 ans plus tard, il reconnaît cette voix. C’était lui qui lui avait demandé de monter dans sa voiture. Nouveau grand chamboulement émotionnel. Comment réagir ? Deux lettres anonymes et peu de soulagement. Le pressing n’ouvrira plus ces portes. La présence de K. lui manque. Elle veut un enfant et lui ne sait pas choisir. Choisir c’est renoncé. Mais par amour, parfois on arrive à faire un choix et prendre un nouveau départ.

Arnaud Dudek à une façon bien à lui de raconter les histoires. Quelques paragraphes très aérés et une très grande justesse des mots. Rien n’est dit en trop. Par besoin de dire parfois pour comprendre ou ressentir. L’auteur parle d’un sujet dramatique avec le viol d’un enfant juste en évocation. En aucun moment, il va aller dans le vulgaire, le trash ou la vulgarité pour parler d’un acte horrible. Tout se trouve dans la suggestion et le non-dit. On va suivre l’évolution émotionnelle d’un petit garçon qui deviendra grand. Il va devoir gérer ce monstre qui sommeille en lui. Une souffrance et un mal-être que l’on comprend. En entre en empathie dès les premières pages. Puis il devient impossible de lâcher ce livre car cela serait comme abandonner le narrateur. On ne peut lui rendre sa liberté qu’à la dernière page où enfin il appréhende son monstre.

L’auteur me touche une fois encore avec l’élégance de ces mots. Une lecture à faire absolument.

11 réflexions sur “Tant bien que mal – Arnaud Dudek

  1. Pingback: Challenge lecture 2018 – 250 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturel octobre 2018 | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s