La République du catch – Nicolas de Crécy

9782203095588Nicolas de Crécy fait parti de ces créateur qui s’affirme un style bien à lui qui ne plaît pas à tous. Un dessin très reconnaissable et un univers où l’étrange règne en maître. Etes-vous prêt pour aller à la rencontre de gros vilains et de gentils fantômes dans La République du Catch?

la_republique_du_catch_551

Nicolas de Crécy est arrivé dans le monde dans la bande dessinée en faisant grand bruit avec Foligatto, chez les Humano. Son coup de crayon surprend et son monde étrange conquirent un public fidèle, présent à chaque nouvelle création. Pour son dernier projet La République du Catch, il a pu aller au Japon dans le cadre d’une résidence d’artistes à la Villa Kujoyama à Kyoto. Shueisha Publishing , prestigieux éditeur japonais propose au créatif de réaliser un manga, publié par épisodes sur dix mois dans le magazine Ultra Jump. L’intégralité vient d’être publié chez Casterman.

une_repucatch_ip134p176_fr_143h-tt-width-1600-height-1067-bgcolor-FFFFFF

Avec un trait moyennement précis, tout en noir et blanc, Nicolas de Crécy, nous raconte une histoire incroyable avec des teintes surréalistes. Mario est un vendeur de pianos. Il ne sait pas trop jouer de l’instrument ce qui n’est pas trop grave puisque son meilleur ami, un manchot, maîtrise, l’art des touches en noirs et blanc. Il est un amoureux déçu d’une catcheuse nommée Bénédicte. Seulement voilà, son oncle Enzo, qui est un bébé porté par un humain, veut récupérer la boutique pour installer des machines à sous. Pour faciliter la transaction, il faut tuer Mario. Etrangement, il va se faire aider par des fantômes, rejetés du monde, qui vont être présent pour lui, presque jusqu’à la fin. Heureusement, qu’ils étaient là car comment, un petit homme aussi chétif aurait pu affronter de terribles catcheurs.

la-bedetheque-ideale-84-la-republique-du-catch-nicolas-de-crecy-au-pays-du-soleil-levant,M214016

L’idée aurait pu paraître intéressante dans le résumé mais voilà, je n’ai pas du tout accroché. Il faut dire de prime abord, que je ne suis pas une fan de Nicolas de Crécy. Je garde encore en mémoire la lecture du Bibendum Céleste avec une histoire totalement tordue et des images horribles. Ce nouvel épisode reste dans la continuité de l’improbable et de l’absurde. Je n’ai pas du tout accroché à l’histoire bien trop étrange pour moi. J’ai apprécié une chose quand même : la couverture. Pas le graphisme de la couverture, pas tentante du tout. Mais le fait qu’en surimpression tactile le titre est en japonais. J’ai trouvé que c’était un jolie clin d’oeil à son projet.

repcatch4

Vous l’aurez compris, je n’ai pas du tout aimé cette bd et je crois que je vais arrêter de lire définitivement du Nicolas de Crecy. Vous aimez le catch? Regardez la télévision.

la-republique-du-catch-609449

Bande dessinée sur le catch
Princesse Suplex

 

 

2 réflexions sur “La République du catch – Nicolas de Crécy

  1. Pingback: Mon auto-challenge – 200 livres en 2015 | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Challenge BD chez Chroniques littéraires | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s