Arte – Tome 16 – Kei Ohkubo

La tension politique tend vers son apogée en Italie. Arte a décidé de retourner à Florence avant que tout change. Va t’elle arriver à y aller?

4e de couverture
Voilà huit ans qu’Arte s’est exilée en Castille et elle vient d’achever son dernier tableau en tant que portraitiste de la cour. Elle est prête à retrouver l’homme qu’elle aime, son maître Leo, dans une Florence en proie à la guerre.
Irène, qui se préoccupe beaucoup de la sécurité de sa protégée, embauche Guido pour lui servir de garde du corps. Arte se retrouve donc, une fois encore, à courir les mers en compagnie de nouveaux alliés et elle va devoir emprunter une route semée d’embûches.

Mon avis
On attendait avec impatience de retrouver notre artiste confirmée, Arte. Elle est devenue une femme dorénavant. Par conséquent, elle est capable de faire des choix en tout conscience. Par conséquent elle quitte la cours de Castille pour retourner à Florence. Elle est toujours recherchée et c’est la guerre. Mais l’amour la pousse maintenant à retourner vers son maître tant aimé, Léo. Malgré une garde rapprochée, des obstacles se mettent sur le chemin. La peintre voit un homme mourir devant elle ce qui l’influe. Elle veut poursuivre seule. L’héroïne est toujours égale à elle même : simple, accessible et gentille. Elle séduit grâce à son naturel. On aurait bien aimé avoir plus de temps avec elle. Tout va si vite que l’on arrive déjà à la fin. Il faut refermer le tome sans que l’on puisse arriver à la scène tant attendue. Et nous ne sommes pas certains que par la suite nous soyons plus satisfait. Elle n’a fait que le moitié du trajet et en période conflit. En parallèle, Léo peut poursuivre sa vie mais pour combien de temps? dans quel contexte? Les possibilités de rebondissements ne manquent absolument pas. Un nouveau souffle semble débuter sur la série. Espérons maintenant que nous n’allons pas encore jongler entre moments de récit qui s’étirent en longueur sans que cela apporte quelque chose et actions concrètes.

Arte est dorénavant une femme et ose encore plus de choses. Le courage donne des ailes face à l’improbable.

L’avis Les Blablas de Tachan : « c’est confortable de retrouver notre héroïne, de la voir accomplie comme artiste et sûre d’elle en tant que femme, prenant les décisions qui s’impose, mais ça se lit bien trop vite ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s