Reine d’Egypte – Tome 6 – Chie Inudoh

Quand on accède au pouvoir, il faut se battre pour y rester. Hatchepsout ne ménage pas ces efforts pour la croissance et la paix de son pays. Mais les bases seront-elles assez solide pour perdurer?

4e de couverture
Tandis que la reine Hatchepsout se bat pour que ses mesures politiques soient acceptées, le prince Djehouty prend une décision inattendue : il abdique afin de suivre une formation de prêtre à Memphis ! La régente saisit aussitôt cette occasion inespérée de s’emparer du pouvoir et devient le premier pharaon féminin de l’histoire… Déterminée à faire de l’Égypte une nation pacifique mais puissante, la souveraine souhaite désormais entreprendre des expéditions commerciales d’envergure… Seulement, aucun de ses hommes ne semble avoir l’étoffe d’un grand négociant ! C’est alors qu’un drôle d’énergumène s’introduit dans le palais…

Mon avis
Une nouvelle dynamique s’installe dans ce tome. Le rapport au temps semble assez disproportionné. Un voyage au bout de l’Egypte est aussi rapide qu’un passage à un chantier proche du palais. Tout va relativement comme nettoyer un canal abandonné depuis des années. Chie Inudoh veut aller à l’essentiel pour faire avancer son récit. Certes mais c’est assez déstabilisant surtout que cela fait 5 ans en un seul tome. La mangaka inclut de nouveaux personnages qui joueront un rôle important pour la suite avec d’un côté Panéhésy, le négociateur et la reine de Pount, nouvelle partenaire de commerce. Tout avance assez positivement pour que tout le monde puisse s’enrichir en paix. On parle de la représentation du pharaon. Doit-elle être sous forme d’une femme ou d’un homme? Qu’est-ce qui aura plus d’impact et incitera plus de respect? Bien entendu, où est l’élément dramatique? Elle repousse Senmout en remettant en doute sa confiance. Ce n’est pas ça qui va permettre les rebondissements tant attendus. Le prince Djehouty a maintenant 12 ans et veut reprendre le trône. Un conflit s’annonce entre le fils et la mère pour prendre ou garder le pouvoir. Du sang va devoir couler car le pharaon Thoutmosis est un soldat. Il ne sert à rien dans un monde en paix. Par chance, ce n’est pas difficile de créer un sentiment d’insécurité et de haine. Qui des deux va arriver à ces fins? Le suspens est totale. La suite promet une construction plus entrainante avec une base temporelle plus cohérente et basé sur du court terme.

Une lecture assez pesante qui n’apportait pas trop de choses par rapport aux précédents tomes. La suite s’annonce plus prometteuse.

L’avis Les Blablas de Tachan : « En résumé, le titre continue à bien se lire mais il lui manque une certaine maturité pour prendre une autre dimension. »

L’avis de Ma Lectorothèque : « Dans ce manga, qui se veut fidèle à l’Histoire, on a surtout les grandes lignes de la vie de la reine Chepsout car on manque d’informations sur elle ; la mangaka a donc fait certains choix afin de combler les trous et de nous proposer une histoire passionnante à suivre. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s