Voleuse – Lucie Bryon

Qu’est-ce que l’on ne ferait pas par amour. Ella suit toujours son coeur surtout quand il est question de la charmante Madeleine. Est-elle prête à tout pour elle?

4e de couverture
Après s’être enivrée, Ella n’a aucun souvenir de la fête donnée par un mystérieux inconnu à laquelle elle s’est rendue. Au matin, elle se réveille dans sa chambre, entourée d’objets luxueux dont elle ignore la provenance. Madeleine, la camarade de lycée sur laquelle Ella fantasme secrètement, se présente chez elle pour lui déclarer sa flamme. Elle lui apprend aussi que sa maison a été cambriolée.

Mon avis
Un coup de foudre cela ne s’explique pas. D’un regard, Ella et Madeleine étaient liées. Les battements de coeur plus forts, les papillons dans le ventre… que de doux sentiments, surtout quand on est adolescent. Elles s’entrecroisent à l’école mais c’est difficile de s’approcher. Lucie Bryon propose une rencontre des plus amusantes et attachantes. Une soirée trop arrosée, du vomi et un vol d’objets, cela suffit pour une entrée en contact des plus originales. Surtout que suite à des quiproquos cela permet l’éclosion d’un jolie couple attachant avec son lot de fragilité et de faiblesse. Elles apprennent ensemble à former un tout à deux. La créatrice n’oublie pas l’importance de l’amitié. Leslie, la meilleure amie d’Ella est un atout des plus indispensables. Il forme une équipe d’enfer qui agissent avec stratégie et bonne humeur. Madelaine vole quand elle se sent mal. Si on rend les objets volés, c’est comme si c’était réparé. En plus, cela permet de faire des fêtes, de s’amuser, des picoler, de faire de nouvelles rencontres… Une jeunesse pleine de folie, d’expériences et de doute. L’année du bac pose la question du après. Tu vas faire quoi? Tu vas aller où? C’est un premier pas vers l’âge adulte. Une étape pas si facile qui promet aussi de belles surprises. En attendant, on profite du sentiment amoureux qui pousse à soulever des montagnes tout comme verser des litres de larmes. L’univers proposé est rempli de tendresse, de partage et de bienveillance. Cela se lit d’une traite avec un grand sourire. La construction du récit a été très bien réfléchi et ose parler d’une romance lesbienne. Elle ne tombe jamais dans le cliché. Au niveau graphique, on est loin de la ligne claire et c’est très bien. On peut exploiter tellement le dessin de façon plus riche et de dynamité le classicisme. Même au niveau des teintes, c’est très plaisant de jouer avec des effets de bichromie qui dynamise la lecteur. Un premier roman graphique réussi. Aucun doute que l’on doit garder un oeil sur Lucie Bryon.

« Voleuse » est une vraie petite pépite pleine de complicité, de tendresse et d’amitié. Ne passez pas à côté de ce bon moment de lecture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s