Perfect world – Tome 9 – Rie Aruga

Aimer quelqu’un de particulier amène des réactions assez catégoriques de l’entourage. Kawana et Itsuki savent qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Reste à convaincre les autres pour être heureux.

4e de couverture
Kawana et Itsuki sont sûrs de leur choix et rien ne pourra plus les séparer. Pourtant, une ombre demeure au tableau : malgré son état de santé, le père de la jeune femme refuse toujours leur relation. Réalisant la souffrance que cela créé chez sa compagne, l’architecte va à sa rencontre. D’un autre côté, il est temps pour Koré-Eda et Nagasawa de tourner la page.

Mon avis
Enfin un tome qui ne tourne pas autour de l’auto-appitoiement. On va laisse de côté un moment Calimero pour aller vers des choses plus constructives. Rie Aruga a pris le temps d’installer les personnages principaux et leur entourage pendant les 8 précédents tomes. Le jeu « je t’aime moi non plus » commençait à trop s’étendre jusqu’à en devenir énervant. Là d’un coup tout change. Le père malade de Kawana donne son aval pour que sa fifille chérie pour épouser un homme et un en fauteuil roulant. Et il faut qu’il se marie rapidement. En un seul tome on a tout ça avec tous les couples et amis en fauteuil roulant aussi. Tout s’annonce rose pour l’avenir. On n’aurait jamais cru que l’on pourrait gagner 10 tomes en un seul. Les gens discutent, apprennent à se comprendre et faire ensemble. Incroyable. Ce coup de boost est surement du au fait que l’on s’approche très bientôt de la fin. Et comme un happy end s’impose, il va falloir la naissance au moins d’un enfant. Sinon l’amour ne pourrait pas triompher de tout aussi bien du handicap que des idées reçues. N’oublions pas que nous sommes au Japon et que là comme bien d’autres ailleurs, l’amour doit obligatoirement se conclure par un mariage et de la progéniture. Cela peut sembler un peu cliché et simpliste. Le cadre était posé dès le premier tome et il ne pouvait en être autrement. La mangaka n’a pas oublié Koré-éda et Nagasawa qui se rapprochent. Vont-ils former le couple des laisser de côté? C’est également un point commun qui créent des sujets de conversations. Un thème transversale est traité à travers le lien d’habitation. Leur futur demeure devra s’adapter à eux deux pour penser à aujourd’hui et aussi à demain. Un aspect important qui n’est pas négligeable en pensant à la gestion du handicap. L’autonomie est capitale pour l’équilibre dans le couple.

Un tome qui va très vite puisqu’il se conclut par un mariage. Que va nous réserver la suite? Un bébé?

L’avis de Les Blablas de Tachan : « Ainsi avec ce 9e tome, vous pouvez déjà trouver une conclusion à la série si vous souhaitez vous arrêter là. Moi, j’ai quand même envie de poursuivre un peu pour voir si je vais retrouver l’émotion des débuts. Mais c’est sûr que si la mangaka continue d’aller aussi vite, je ne vais pas trouver et ça m’attristera. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s