Le chef de Nobunaga – Tome 9 – Mitsuru Nishimura et Takuro Kajikawa

Quelque soit le contexte, pouvoir se satisfaire d’un bon repas est essentiel. D’autant plus dans une période de conflits où la mort est une compagne trop présente. Il en faut plus pour Ken pour refroidir sa créativité.

4e de couverture
Ken doit désormais cuisiner pour le bien de Shingen Takeda, qui est gravement malade. Cela angoisse beaucoup notre cuisinier qui a peur de mettre gravement en danger Nobunaga en redonnant la santé à Shingen. Le tout alors qu’approche la célèbre bataille de Mikatagahara où ce dernier affrontera Tokugawa, un membre de l’alliance Oda !

Mon avis
Partout où passe Ken, il s’adapte à merveille aux personnes qu’il côtoie. Et il reste toujours fidèle à lui-même qu’importe le statut de la personne en face de lui. Selon les circonstances, il arrive toujours à s’adapter. Il aide les personnes malades ou donne des forces aux soldats allant au front. Grâce à ses plats, des hommes décident même de prendre des risques. Tout le monde n’est pas capable d’une telle prouesse. Avec beaucoup d’ingéniosité, le cuisinier trouve l’harmonie entre les fruits et légumes de saison ainsi que ce qui est traditionnelle et futuriste. On s’amuse des innovations culinaires, subtile mélange des conquêtes à travers le temps et l’espace. Quelle belle façon de parler de l’Histoire du Japon en changeant d’angle. C’est très ingénieux et pertinent. Surtout sur Nobunaga qui a initié la réunion de son pays. Ses ennemis n’ont pas moins de vertu et de volonté. Des personnalités avec des convictions s’affrontent avec fougue et détermination. Le lecteur est immergé à leur côté avec passion et appétit. Comment ne pas être sous le charme de ce récit qui ne cesse de se renouveler? Jamais on ne s’ennuie. Amour, amitié sincère, collaboration gustative sont au programme pour mieux ravir celles et ceux qui tournent les pages. On ne se préoccupe plus du voyage temporaire de notre héros. Par chance, la série nous réserve encore de nombreuses surprises.

Un tome qui pique notre curiosité à voir le passé avec un autre regard.

L’avis Les Blablas de Tachan : « J’ai beaucoup aimé les hommes que Ken sert tour à tour, que ce soit le vieux Shingen Takeda dont on suit les derniers instants ou le jeune Tokugawa dont on connait la fulgurante destinée et dont le grand coeur nous touche déjà. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s