A vos râteaux! – De la terre à l’assiette, petit récit d’une transition réussie – Pauline Bardin, Edouard Bourré-Guilbert et Nicola Gobbi

Manger des tomates en plein hiver, cela n’a vraiment aucun sens. Pauline et Edouard ont décidé de changer les choses à leur mesure. En cherchant pas très loin, des solutions apparaissent.

Edouard et Pauline sont ensemble depuis un moment. Jules et Jim deux félins malins partagent leur quotidien. Après bien des pérégrinations dans le monde, ils s’arrêtent dans une petite maison à Nantes entourée de potagers. Ils conservent le mode de vie qu’avant en allant au supermarché pour acheter tout ce qu’ils ont besoin. Si on oublie les olives pour la salade grecque, faut-il faire demi-tour en voiture? Peut-être que l’on peut faire les choses autrement. Voilà que le premier commandement guide leurs premiers pas vers le changement : « De tout bout de terrain, tu prendras soin ». Ce n’est pas parce que l’on peut à un bout de terrain que l’on s’invente aussitôt jardiniers en tout cas pas tout seul. Un livre à la bibliothéque sur le sujet qui les intéresse a été fait par une association « Terre et Humanisme ». En cherchant sur internet, la structure propose d’aller plus loin en faisant des stages pour acquérir les bases. Le couple prend le taureau par les cornes et se lance dans l’aventure. Un premier pas qui les mène vers des projets plus collectifs et enrichissants. Attention, une fois que vous y aller, vous serez conquis et vous percevrez le monde autrement. Le rapport au temps va radicalement se modifier.

Plus les évènements sanitaires ainsi que climatiques se succèdent, plus les citoyens se posent des questions. Cela poussent de nombreux individus à s’interroger sur leur mode de vie et de consommation. Ainsi des habitants d’immeubles décident de vivre à la campagne avec le rêve d’une maison et d’un jardin. Qui ne voudrait pas manger les tomates fraîches du jardin à l’apéro et être fier du gâteau réalisé avec les œufs de ses poules? Bien entendu, tout le monde ne peut pas le faire que cela soit pour des questions financières, de confort personnel, de question éthique… Quand on habite dans des immeubles, à part quelques jardins ouvriers, comment est-ce possible avec la meilleure volonté du monde? Il reste des AMAP, des supermarchés coopératifs, le maraîchage local… Pauline Bardin et Edouard Bourré-Guilbert partagent leurs péripéties avec leur petit lot de problèmes et leur important lot de bonnes surprises. Un chemin du changement qui demande beaucoup d’investissement de temps. Et aussi cela oblige d’avoir un autre rapport aux courses du supermarché standard. Les prix du bio et du local sont beaucoup plus élevés. On achète moins pour manger mieux. Une fois que l’on a pris l’habitude cela améliore le quotidien et confirme des choix à l’aspect radical. Nicola Gobbi apporte beaucoup de peps à ce récit. Ces dessins donnent une vraie dimension humaine et sincère à cette expérience de vie. C’est rempli de tendresse et d’humour. On aurait envie de le retrouver dans un an pour faire un bilan et voir les nouvelles perspectives.

Une bande dessinée qui prouve que l’on peut consommer autrement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s