Miss Shaolin – Tome 1 – Premier tournoi – Isabelle Bottier, Cyril Kravtchenko et Licinia Tozzi

L’arrivée dans un nouveau collège n’est jamais facile. Bo a assez confiance en elle pour faire face à tous les soucis. Elle va même inspirer ces camarades.

Bo se présente devant l’ensemble de sa classe au collège. Comme bien souvent, ils sont bien peu à prêter attention à ces paroles. Pourtant quelques mots vont activer aussitôt la force de l’imagination des garçons. « Mon grand-père a été instructeur au temple Shaolin. C’est grâce à lui que je pratique les arts martiaux ». Alex l’aborde car il voudrait bien progresser dans le combat. Pour l’instant, il est très grand débutant au karaté. L’information pour les autres garçons n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Les plus bagarreurs veulent jouer du muscle et à quatre contre une. Pas de chance pour eux, elle n’est pas adepte de la violence. Mais si on l’agresse, elle saura se défendre. Malheureusement, un élève qui était caché à tout filmer et cela se retrouve sur les réseaux sociaux. Très vite, tout l’établissement est au courant ce qui augmente l’humiliation et la colère des agresseurs. Par chance, cela lui permet de créer rapidement des vrais liens d’amitiés avec des gens bienveillants, ouverts, tolérants et curieux. En parallèle s’ouvre les inscriptions pour un tournoi inter-arts martiaux. Tout le monde s’attend à voir son nom. Elle est au-dessus de ça. Par contre, Bo aidera ces amis et fera tout pour les soutenir.

La collection Miss Jungle accueille une nouvelle héroïne. Les jeunes filles prennent de plus en plus confiance et on leur propose des adolescentes auxquelles s’identifier. La diversité devient plus présente à l’image de la société. Même si en effet, on peut se demander si Bo est si représentative et pas trop dans le clichée. Est-ce qu’une fille asiatique doit forcément avoir rapport avec les arts martiaux, être mince et très jolie? En plus, les références à « Karaté Kid » sont bien marqués et cités pour les néophytes. Les scènes de combats avec des apparitions d’animaux restent du même accabit. L’apprentissage des moines shaolin n’est pas forcément dans le sourire et la bonne humeur. Il serait plus dans la rigueur et la sévérité. Personne n’a dit qu’il fallait que cela soit un récit vraisemblable non plus. On voit une adolescente qui grâce aux arts martiaux a appris à être plus confiante et épanouie. Elle a des valeurs qu’elle aime partager. Isabelle Bottier et Cyril Kravtchenko mettent en trame de fond de leur scénario la discrimination, la violence scolaire et l’influence des réseaux sociaux. Un fait assez parlant pour les lecteurs. Licinia Tozzi propose un univers graphique dans la lignée du genre, assez classique, des formes arrondies, des couleurs vives et douce. Un trio très complémentaire mettant des valeurs positives au service de tous.

Une façon élégante de montrer que les arts martiaux se pratiquent aussi par les filles. La violence au service du bien cela peut aider.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s