Coppelion – Tome 2 – Tomonori Inoue

Les trois adolescentes poursuivent leur mission pour sauver des humains. Surtout que la vie d’une petite fille est en jeu. Et aussi il faut aussi élucider un mystère plus important.

4e de couverture
Japon, 2016. Une catastrophe nucléaire survient à la centrale d’Odaiba, tout près de Tokyo. Le gouvernement fait évacuer la capitale, qui devient une ville fantôme. Vingt ans plus tard, alors que les retombées radioactives sont toujours trop élevées pour permettre aux humains de s’aventurer sur place, les forces japonaises d’auto-défense envoient trois lycéennes à la recherche d’éventuels survivants. Pas de protection, pas d’équipement particulier : les adolescentes sont génétiquement modifiées pour résister aux radiations.

Mon avis
Quel plaisir de retrouver les trois petites adolescentes pleines de vie mener à bien leur mission. Elles sont des êtres particuliers car génétiquement modifiées. L’équipe peut aller tout affronter car elles résistent aussi bien au nucléaire qu’à des blessures simples. En plus, elles ont des pouvoirs spécifiques comme l’empathie pour les animaux et une bonne endurance. Les complémentarités les aident à être plus fortes et faire face à l’adversité. Tomonori Inoue se sert de ces personnages pour souligner la force surhumaine nécessaire pour faire face à l’horreur généré par un ensemble d’individus. « Construire des centrales nucléaires dans un pays avec une si forte activité sismique a toujours été une grosse erreur ». Cela souligne également que l’on n’apprend jamais de son passé. Qu’importe Fukushima, on a continué à faire des centrales malgré un danger possible. Mais peut-on demander à la population de vouloir moins d’énergie pour satisfaire des besoins de consommations toujours plus importantes? Le bonheur ne se fait-il pas avec des produits énergivores? Le mystère autour des livraisons est enfin résolu. C’est l’homme derrière la construction qui fait le nécessaire pour compenser son erreur. Il est facile de tout faire porter sur lui alors qu’il y a toute une chaîne de commandement impliquée. A nouveau, pour donner de la véracité à ce récit post-apocalyptique, le mangaka donne des explications techniques. « Il peut s’imprégner profondément dans le sol et contaminer toute une ville pendant plusieurs dizaines d’années… Il émet des rayonnements bêta et gamma et se dissout facilement dans l’eau. Le césium 137 est un radionucléide avec une demi-vie de 30 ans… C’est la pire substance radioactive existante. Les arbres régulent la teneur en eau de leurs feuilles grâce au potassium. Mais le césium 137 prend la place de celui-ci et s’introduit à l’intérieur de toute la plante. » La complexité du phénomène prend de plus en plus d’ampleur. Le taux de radiation n’arrête pas d’augmenter. Qu’est-ce qui peut se passer? Une nouvelle technologie avec un avion en forme de chauve-souris essaie de les abattre. Pourquoi? Que ce cache t’il derrière cette action assez radicale? L’accroche pour le troisième tome est des plus prometteuses : « A la poursuite du mystérieux appareil furtif, les trois Coppelion pénètrent dans la zone D… Le bassin de Tama cache un terrible secret… ! » Est-ce des industriels ont vu dans cet endroit une façon de gagner de l’argent autrement? N’y a t’il pas un autre risque sous-jacent?

Une progression efficace et bien construite qui donne envie d’aller plus loin.

L’avis Les blablas de Tachan : « Oeuvre peut-être assez simpliste et classique, Coppelion fait tout de même le job, nous offrant un divertissement sympathique dans cette Tokyo que l’on ne connaît pas et qui fascine.« 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s