Yawara! – Tome 5 – Naoki Urasawa

Yawara est ravie de pouvoir passer un nouveau cap dans sa vie. Seulement le judo tient toujours une place importante malgré tout. Doit-elle se résumer à ce sport?

4e de couverture
Depuis toute petite, Yawara Inokuma a été entraînée par son grand-père Jigorô Inokuma, un champion de judo, qui voit en elle une future star de la discipline.

Il a été annoncé que les JO de Barcelone accueilleraient enfin la discipline féminine dans la compétition. Jigorô rêve donc de faire de sa petite-fille la première championne olympique féminine de judo.

Mais contrairement aux attentes de son aïeul, la jeune fille ne rêve que de mode, d’amour, d’idol… Bref, elle n’aspire qu’à une vie d’adolescente ordinaire, loin des entraînements et des compétitions.

Mais c’est sans compter son talent inné pour le judo, que son entourage ne lui permettra pas d’oublier…!

Mon avis
Yawara vient d’entrée à l’école d’art ménager. Elle magnifique objectif de vouloir apprendre à savoir cuisiner et s’occuper d’un homme. Bien que l’école soit réserver qu’aux filles, elle peut côtoyer des garçons grâce à des clubs. Elle se fait surtout une nouvelle amie dans le club de golf. Fujiko va l’aider à prendre conscience qu’une passion couplée avec un don peut changer la donne. Surtout qu’Yawara est très attendue autant par ses ennemis que ses amis, ses supporters. A force de vouloir prendre ces distances pour une mécompréhension, elle n’a pas le choix de revenir à chaque fois au judo. Faut-il y voir un signe? La série va se construire sur ça. A force de lire des oeuvres de Naoki Urasawa, on peut être surpris par une certaine légèreté. On a l’impression plus de lire un manga dans la lignée « City Hunter » ou un « Dragon Ball » concernant son angle potache. Dans la mise en page, on voit des plans sur des poitrines, des fesses, de l’envie de faire l’amour des hommes, de leurs mains baladeuses… N’oublions pas que la série a été écrite en 1988/1989. Donc rien d’étonnant à trouver une héroïne assez exaspérante sur il m’aime ou pas, il m’aime ou il ne s’intéresse qu’à mon côté sportive… Puis les garçons fantasment sur une adolescente où son corps se transforment. Cela manque un peu de délicatesse et de finesse. Toutefois, on se laisse prendre au jeu car on s’attache à elle. On veut qu’elle réussisse et devienne ce que son grand-père à toujours rêver pour elle.

Un manga que l’on adore lire bien qu’il a un côté vieillot.

L’avis Les blablas de Tachan : « Bref, je continue à lire parce que c’est du Urasawa mais pour le moment, c’est la série la plus faible que j’ai pu lire et je suis déçue d’écrire ça parce que le premier tome m’avait vraiment enthousiasmée. Mais je pense que l’auteur tire trop sur la corde. Il en aurait fait quelque chose de plus concis, ça aurait rendu le tout plus dynamique et percutant. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s