Toute la philo en bd – Tome 4 – La nature – Martine Gasparov et Emilie Boudet

Ce n’est pas si facile de définir la nature. Pourquoi ne pas regarder ce que propose la philosophie? Attention, il n’est pas dit que vous trouverez les réponses que vous voulez.

4e de couverture
Peut-on distinguer la nature de l’artificiel ? La nature humaine existe-t-elle ? Avons-nous des devoirs envers la nature ?

Explorez ces questions à travers des exemples concrets, des mythes et des textes philosophiques racontés sous forme de bande dessinée. Un album qui présente de manière simple et ludique une notion essentielle de la philosophie : la nature.

Rassemblant pour la première fois un éditeur de bande dessinée (La Boîte à Bulles) et un éditeur scolaire (Belin Éducation), la collection « Toute la philo en BD » s’adresse aux lycéens, aux enseignants, mais aussi au grand public.

Mon avis
On entend parler très souvent de la notion de nature. La mode est au développement durable et à l’écologie par conséquent la nature à toute sa place. On pourrait croire que sa définition est évidente. Pourtant derrière les évidences se cache toujours des éléments plus complexes. Pour l’apprécier cette réflexion, rien de tel qu’un peu de philosophie. Belin et La Boîte à Bulles s’associent pour créer une collection mêlant un thème avec de la philosophie pour une restitution en bande dessinée. Un support bien pratique pour vulgariser des approches parfois difficiles. Rien de tel pour s’interroger sur la nature avec Montaigne, Aristote, Kant ou Philippe Descola. Vous trouverez des questions comme L’homme sauvage est-il sauvage?, Avons-nous des droits sur les animaux?, Toutes les choses artificielles ne sont-elles pas aussi naturelles?. Les grandes lignes sont données, juste assez pour voir la difficulté des choses. L’exercice reste complexe d’autant plus envers un public de néophyte. L’approche n’est pas si facile pour le lecteur car déjà la matière à mauvaise réputation. On a de la donnée et on voit autrement ce qui nous entoure. Pourtant une contextualisation de la réflexion, une frise chronologique, des éléments bibliographiques auraient été un plus très appréciable. Le graphisme très enfantin peut sembler un peu en décalage avec le public cible avec le lycéen et le quidam. C’est comme si on voulait plus infantiliser un discours complexe. L’avenir nous dira si les lecteurs seront au rendez-vous. Surtout que des initiations à la philosophie, il y en a d’autres en bd avec une approche plus amusante et décalé.

Un essai peu concluant qui pourrait plaire à d’autres.


 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s