#Nouveaucontact – Jérôme Duhamel

L’Ecosse est une zone très tranquille. D’ailleurs, trop tranquille pour certains. Puis un jour une photo va tout changer.

4e de couverture
Une aventure dont nous sommes tous les héros.? Doug vit seul dans les Highlands. Il chasse la solitude grâce à son appareil photo et partage ses images sur Twister. Enfin, «?partageait?»… Car la vie à Castle Loch n’a pas grand-chose de spectaculaire et le public s’est vite lassé du quotidien de Doug. Et Doug a fini par douter. De lui et de ses photos. Et par ne plus rien partager. Mais lorsqu’il photographie une horrible créature translucide, Doug n’a qu’un seul réflexe : retourner sur Twister et en mettre plein la vue. Il ignore qu’il est sur le point de déclencher une expérience inédite. Une histoire participative.

Mon avis
Comment parler des dangers du numérique et des réseaux sociaux? Jérôme Duhamel a décidé de s’emparer de son support préféré : la bande dessinée. Pour montrer les dimensions que peuvent prendre l’impact des réseaux sociaux, il a décidé de montrer un système complète absurde en allant jusqu’au bout de l’improbable. D’ailleurs, le lecteur est mis en garde dans un avertissement à prendre au douzième degré. Le ton est donné. Allons en Ecosse, dans les Highlands à la rencontre de Doug. Il vit seul dans sa maison. Son hobbit se résume à des photographies qu’il ne veut pas partager sur internet. Il a peur qu’on n’apprécie pas sa production et d’une certaine façon qu’on ne l’apprécie lui. Mais un jour chez lui, il fait face à un animal fantastique translucide qui va lui cracher dessus. Aussitôt, il l’a publie sur Twister et c’est le buzz. Tout le monde veut voir la petite soeur du Loch Ness. Ainsi arrive dans ce coin paumé d’autres adeptes de photos singulières, la presse, l’armée, les pro-animaux étranges et tellement d’autres. La controverse prend des proportions immenses et insaisissables. Surtout qu’à cela se rajoute un hacker qui va détourner des photos de l’ordinateur de Doug de son ex-femme et cela va lui jeter préjudice. La polémique se complète si c’est un misogyne ou pas. Les féministes viennent à s’opposer aux ultrareligieux. Tout part en cacahouète avec des magnifiques pages de combats. On sent que le dessinateur s’est fait plaisir pour bien se moquer de toutes les parties prenantes. Il joue en plus sur les clichés utilisés par une grande part des médias. Un journal va dire la vérité sur l’exploitation des images, des manipulations. Au final, qu’est-ce qui intéresse les gens? Ce qui est vrai ou ce qui fait le plus sensations? On a le droit de croire qu’il y a des individus plus honnêtes et avec une éthique, bien qu’ils soient en infime quantité. Le scénariste aborde les fakes news, les théories du complot, la suspicion envers l’industrie, les biotechnologies ou l’État, des nouveaux rapports hommes/femmes, les religieux… Le message passe bien avec ce portrait acerbe de la société qui concerne presque l’ensemble des citoyens. Est-ce que cela va pousser des personnes à interroger leur pratique pour autant? On peut en douter. Au moins, on a activer nos neurones pour sourire et réfléchir en même temps. N’est-ce pas déjà bien?

Un cadeau à offrir à des addicts du numérique qui pourront regarder leurs pratiques d’un autre oeil.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s