Animal Jack – Tome 3 – La planète du singe – Kid Toussaint et Miss Prickly

Des singes s’enfuient des zoos. Quelque chose de particulier se passe sur la planète mais quoi? Malgré lui, Jack va tenter de comprendre le phénomène.

4ème de couverture
Jack n’est pas un petit garçon comme les autres. À l’origine, il est un « cikavac », un esprit de la forêt capable de se transformer en n’importe quel animal. Adopté par une famille d’humains, il sait qu’il va grandir et qu’il perdra peu à peu accès au merveilleux et à la nature. Ses transformations sont désormais limitées à une seule métamorphose par espèce. Mais l’heure n’est pas encore au deuil de l’enfance. Les rassemblements anormaux de singes inquiètent. En compagnie de son ami Malek et de Floche, la luciole, Jack se laisse entraîner par un tamarin en quête du dieu des singes Numan et de ses trois gardiens.
Dans cette série, Kid Toussaint et Miss Prickly font rimer aventure et nature. Le tour du monde rend compte avec sensibilité et pédagogie des conséquences de la déforestation aux quatre coins de la planète : en Inde, en Indonésie, en Afrique Centrale et au Guatemala.

Mon avis
Lors du précédent tome, Jack a décidé de renoncer à son pouvoir pour devenir un petit garçon ordinaire. Dorénavant, il connaît les règles qui s’impose. Chaque transformation en un animal sera la dernière. Heureusement qu’il connaît un panel d’espèce que l’on va pouvoir découvrir encore progressivement. Kid Toussaint a de la réserve dans les idées. D’ailleurs, il le prouve avec ce tome consacré à la disparition des espaces de vie des singes dans le monde. Que cela soit en Inde, en Indonésie ou en Afrique centrale le constat est identique et sans appel. L’Homme détruit l’espace naturel des singes en brûlant la forêt pour faire de la monoculture, la guerre pour aller exploiter les minerais dans le sol, construction de route qui réduit les espaces de vie et la capture pour la vente en animal domestique. Comme la bande dessinée est à destination des enfants, il n’a pas été abordé le trafic aussi pour la viande et certaines parties du corps qui auraient des vertus médicinales dans la médecine chinoise. C’est dommage qu’un petit dossier pédagogique n’explique cela en fin d’ouvrage. Cela aurait été l’occasion de montrer des actions d’associations, d’ONG et des figures importantes de la protection de la nature comme Diane Fossey qui a été assassiné par des braconniers. Les cas présentés ne sont pas de la fiction et les jeunes lecteurs peuvent agir à leur mesure face à ces lobbys et ces mythes ancestraux. Leur donner accès à des connaissances complémentaires pour s’ouvrir au monde me semblait être un plus. Miss Prickly arrive à garder le même style graphique ce qui marque l’esprit de la série. On espère que le trait prendra plus d’assurance dans les épisodes suivants. Les plus âgés verront les clins d’oeil à la « Dragon Ball » avec le dragon, la planète dans le ciel, le vieux singe… La magie et le merveilleux sont très présent car Jack est un esprit de la nature avec laquelle il peut encore communiquer. Jusqu’à quand? La fin de la série?

Un tome intéressant pour sensibiliser les enfants à la protection de la nature.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s