Les pieds sur Terre – Tome 2 – Presque responsable – Jérome Phalippou

Pour découvrir la richesse de la nature, il faut aller se rendre compte soit même sur place. Fauvette, Castor et l’Eterlou vont expérimenter l’aventure au grand air et les surprises vont être de taille. Ensemble, ils vont agir et réfléchir pour changer ou pas l’avenir.

Direction le village d’Abondance, en Haute Savoie pour une mission des plus importantes. Il faut aller « faire l’inventaire de la population d’Edelweiss sur les arêtes du Mont-Chauffé ». Mais dès le stationnement, Fauvette pressent qu’il se passe quelque chose d’étrange. Elle fait l’innocente et part avec Castor à l’assaut de la montagne. En effet, que de choses étranges aperçoivent-ils. Que fait un homme armé caché? et pourquoi un autre homme escaladait en tenue de camouflage? Le plus important est de trouver les fleurs pour les compter. Seulement un bruit d’arme à feu change la donne. Il faut impérativement identifier ce qu’il s’est passé. Tout ce sport périlleux et dans l’urgence n’est absolument pas du goût de Castor. La peur et la maladresse sont ces compagnons. Qu’importe, il faut se dépêcher car les malfrats eux n’attendent jamais. Grâce aux amis de l’aventurière, elle va bloquer les voleurs grâce au pouvoir des vaches. Grâce à un travail d’équipe, les criminels seront arrêtés. Voler des oeufs de faucon pèlerin va leur coûter cher. Après tout ça, le bambin a bien le droit à un peu de repos. L’école est vraiment un lieu de détente? Il faut écouter, faire des devoirs, avoir des examens… Pourquoi ne pas essayer de s’en amuser et faire tourner en bourrique l’enseignant?

L’écologie est un sujet d’inspiration pour la bande dessinée et la preuve puisque que nous sommes déjà au tome 2 de la série. Jérôme Phalippou a replacé ces trois personnages : Fauvette, Castor et l’Eterlou au coeur des montages. On continue toujours à s’interroger sur cette étrange originalité des prénoms même si on voit le clin d’oeil très appuyé à la nature. Qu’elle est le lien entre cette femme et le gamin à l’école primaire? Ils vivent ensemble et font des balades. Et puis que dire de la vision de la femme avec une pâle copie de Tom Raiders? La différence est que maintenant on peut la voir à moitié nu avec des blagues douteuse d’un mineur qui regarde son corps avidement et qui rougit. Est-ce quand il sera adolescent, on aura le droit à des gros plans sur son entrejambe qui enfle? Faut-il y voir une façon de faire plaisir à des lecteurs males pour les sensibilisés à la protection de l’environnement? S’ils n’avaient pas le droit à des gros seins, il risquerait de se contenter de Lanfeust ou Marlysa? Mais on se rassure, quand il y a beaucoup de neige, elle porte des manches longues et des pantalons. Ouf, l’honneur est sauf. Castor, l’enfant à l’école primaire est encore plus insupportable qu’avant. Pour toucher un public plus jeune, on a le droit à nouveau à des strips où il montre son impertinence en forme de Spirou jeune ou de Cédric en moins pertinent et drôle. Ca sent un peu le réchauffé même si l’on parle un peu d’écologie en trame de fond. Eterlou, le chevreau reste l’animal de raison. Malheureusement le trio ne convainc ni sur le fond et ni sur la forme.

Une suite qui n’est pas plus audacieuse qu’avant. Dommage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s