Chattologies – Louise Mey et Klaire fait Grr

Que connaissez-vous vraiment du monde la chatte, du vagin, de la schek? On a parfois des vagues idées rattachés parfois à des souvenirs scolaires. Que diriez-vous de tout connaître dans les moindres recoins?

4ème de couverture
Co-écrit par Louise Mey et Klaire fait Grr et inspiré du seule-en-scène  Chattologie,  cet ouvrage est un essai illustré sur les règles : il reprend les thèmes abordés dans le spectacle et les approfondit avec davantage d’informations, des blagues de fromage, et des dessins épiques.  Suivez Prof  Chatto et laissez-vous initier au grand écart porté, seule activité qui saura illustrer la nouvelle souplesse que votre esprit aura acquise après la lecture de ce livre incontournable.

Mon avis
Vous saurez tout sur la chatte. Vous allez être surpris même quand vous avez l’ensemble du bagage à l’intérieur de vous. On se pose rarement la question à quoi ressemble l’ensemble des organes pelviens en coupe. Quand on nous dévoile la réalité du système on se dit que l’on est vraiment à des années lumières du simple trou vide. Ce n’est pas parce que chez les hommes ça pendouille entre les jambes que le sexe ne se limite qu’à du vide et du plein. Et si c’était plus profond que ça? On trouve un clitoris que l’on vient de redécouvrir au bout de plusieurs décennies. Mais on parle de ce fameux hymen qui n’est pas au final une sorte de bouchon à usage unique. « L’hymen ressemble plus à un donut avec un trou dedans ». Il est élastique et il n’attend pas toujours le pénis d’un homme pour se déchirer. Et non ce n’est pas un sceau de virginité qui attend l’homme pour être brisé. Là on tombe dans le registre de l’assouvissement des femmes et de contrôler absolument la sexualité des femmes.

Le tabou touche aussi les sociétés et des communautés non-religieuses. Est-ce vous madame sauriez mettre aussi bien la vulve, le vagin, le clitoris sur une carte? Les études prouvent qu’en général non. Et en évitant de nommer un chat un chat cela n’aide pas. En disant vagin ou vulve ce n’est pas sexualiser des organes. En soit un poumon, un foie ou un clitoris sont juste des appellations. La volonté de malnommage contribue à l’invisibilisation, à l’assimilation à la honte et au sale. Pourtant pénis ou testicule semble plus courant et sans sexualisation. On en conclut quoi selon vous? A cela se rajoute, que la douleur en rapport sexuel ou pendant ces règles c’est normale. Alors que ce n’est bien entendu pas le cas. Maelle Challan-Belval, spécialiste de l’éducation sexuelle analyse lors d’une interview sur France Inter : « C’est notre gêne d’adulte qui es un frein à l’apprentissage, pas celle des enfants. C’est utile pour comprendre le monde et son corps de connaître les mots que certains adultes, que les médecins, ou que les livres utilisent. » Comment parler du frout après ça? Le fameux pet de vagin.

Impossible de passer à côté d’une période qui occupe avec le cycle menstruel et les règles. “ Du sang coule de toi donc je ne sais pas dans quelle mesure on peut associer ça à un moment de détente, ce n’est pas exactement Disneyland; mais vous voyez l’idée. La vie continue. Tu fais tes devoirs, tes omelettes, tes cours de ping-pong.” De même pour les douleurs qui vont avec pour la plupart des personnes concernées. Mais bon, les femmes sont des êtres fragiles qui exagèrent la douleur. Le problème est que le manque de diagnostic ou le diagnostic trop tardif ça fait des mortes au final. Les critères discriminants ne manquent pas avec le genre, l’origine, la couleur de peau, le poids… On ne va pas s’étaler de trop sur le problèmes avec les produits hygiéniques, la difficulté de trouver un gynécologue, les violences gynécologiques,

Un ouvrage au combien utile et percutant qui veut sensibiliser à faire changer les choses. L’utérus n’est pas un organe comme les autres et il est lourd de sens et de représentation sociale. On termine la lecture triste, révolter et réflexive. L’injustice est là aussi bien sur l’information, sur le soin, l’écoute, la protection… Toutes les lectrices se reconnaîtront toujours dans plusieurs situations que cela soit la violence gynécologique ou le jugement du pharmacien. Ne passez pas à côté de cette ouvrage qui vous ouvrira les yeux sur le monde de la chattologie si large et si complexe. La forme à la fois texte explicatif et bande dessinée permet de faire de la pédagogie intelligente et non culpabilisante. Et en plus, si vous voulez poursuivre l’aventure, un spectacle est toujours visible sur la capitale. Bien entendu, les hommes sont les bienvenus.

Un livre drôle, percutant et vrai qui remet celles et ceux qui ont un utérus à la place qu’il devrait avoir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s