Joséphine Baker – Agathe Sorlet et Maria Isabel Sanchez Vegara

Pendant les guerres, des femmes se sont engagées pour protéger la liberté. La plupart ont été oubliées au détriment des hommes. Pour quelques unes, la postérité gardera leur nom.

4ème de couverture
Découvre ici comment la petite Joséphine est devenue la première danseuse noire connue dans le monde entier, et comment elle a lutté toute sa vie pour la liberté et l’égalité.

Mon avis
La collection Petite & Grande met en avant des femmes qui ont marqué l’Histoire. On trouve des portraits de peintre, de mathématicienne, de zoologue… Impossible d’oublier celle qui vient récemment d’entrer au Panthéon, Joséphine Baker. Un choix qui n’est pas innocent surtout en période électoral où il est bien de mettre de temps en temps en avant des femmes et surtout noires. La compétence, l’investissement, les convictions… ne sont toujours pas une question de mélanine. La représentativité de la diversité n’est pas encore au rendez-vous même au 21ème siècle. N’est-ce pas d’autant plus nécessaire en période où les populistes prennent plus d’importance dans l’espace public? Et il faut commencer surtout avec les plus jeunes qui ne sont pas encore totalement corrompus par des idées stéréotypées. Joséphine Baker est l’exemple type d’une personne courageuse, investie, battante, audacieuse… et idéaliste. L’exercice de faire une biographie très simplifiée et compréhensible par des enfants est un exercice difficile. Alors on peut trouver ce parcours d’artiste très allégée. On dit que Joséphine vient à Paris tenter sa chance alors qu’on l’a recruté pour venir à la capitale française pour intégrer « Le bal nègre ». L’expression n’est d’ailleurs même pas évoqué comme si c’était tabou. Elle arrive à faire sa place tout en gardant une part d’autonomie. Quand la seconde guerre débute, elle s’investit au péril de sa vie jouant de sa célébrité. Elle a aussi créé une communauté dit « arc en ciel » en adoptant des enfants. Mais ce n’est pas si simple car elle voulait prouver que l’on pouvait vivre ensemble qu’importe sa couleur de peau, son genre, son origine et surtout ses convictions religieuses. Tout repose sur des choix ce n’ont pas une réalité inaltérable raciste, fasciste, d’intégrisme religieux… L’artiste est retournée plusieurs fois dans son pays pour soutenir une démarche égalitaire entre les blancs et noirs. Elle agit pour la paix et la tolérance partout et pas seulement dans des petites communautés. Une bravoure qui n’a pas été assez mise en avant. Au final, on peut se dire que c’est une petite fenêtre pour piquer la curiosité. Il est possible d’aller plus loin avec d’autres livres, des documentaires, des vidéos… Les illustrations d’Agathe Sorlet très colorées apportent beaucoup de dynamisme, de joie, de bonne humeur… Cette énergie donne envie de tourner les pages.

Un petit ouvrage qui donne à découvrir aux plus jeunes une femme de talent qui a toujours écouter son coeur et ses convictions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s