Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras – Eric-Emmanuel Schmitt et Caroline Piochon

Lorsqu’on regarde certaines images, on rêve d’avoir la même chose. On oublie que parfois il vaut mieux profiter de ce que l’on a que d’espérer l’impossible. Cancanette va s’en rendre compte.

4ème de couverture
C’est le grand jour pour Cancanette et Dandinette. Les deux oies quittent la maison de leurs parents pour vivre comme des grandes. Cancanette rêve d’un logis merveilleux pour pondre ses œufs. Réussiront-elles à trouver ce coin de paradis ?

Mon avis
Eric-Emmanuel Schmitt prête une nouvelle sa plume pour un court récit jeunesse. Deux oies doivent quitter le cocon familiale pour aller vivre leur vie d’adulte ailleurs et pondre des oeufs de leur côté. Cancanette et Dandinette n’ont jamais quitté la demeure et doivent trouver leur futur logement. Quelle chance, une petite maisonnette confortable se propose à eux même s’il y a des travaux à faire. Cancanette refuse car elle veut quelque chose qui soit aussi bien que ce que possède leurs cousines. D’ailleurs, elle va aller les voir et pondre son oeuf là-bas. Heureusement qu’elle tombe sur une chouette très gentille qui l’emmène voir sa famille. La déception est au rendez-vous. La cabane n’a rien à voir avec les photographies, c’était juste fait pour la narguer. Après une nuit de repos, elle retournera chez sa soeur, le lieu était plus prometteur. Là-bas, elle pourra pondre en bonne compagnie. L’auteur nous raconte une jolie histoire. Toutefois, je me demande si un enfant peut faire le lien entre l’histoire et le dicton. Cela me semble un peu difficile. Heureusement qu’à la toute fin de l’ouvrage l’expression est expliquée clairement et simplement. Il y a une chose étrange quand même dans le récit. Les oies doivent partir de chez leurs parents pour pondre. Pour des oies qui sortaient peu, comment en viennent-elles à avoir des oeufs? Caroline Piochon de ton côté met son talent et son imagination au service du lecteur. C’est toujours un régal de tourner les pages et cela qu’importe son âge. Le petit jeu pour trouver un objet caché est toujours présent. Une façon toujours aussi maligne d’inciter à mieux regarder et travailler la patience.

Un petit livre qui convainc à moitié car l’histoire ne permet pas vraiment de répondre à l’objectif de la collection.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s