Nellie Bly, dans l’ombre de la folie – Carole Maurel et Virginie Ollagnier-Jouvray

Au 19ème siècle, il n’est pas facile d’être cheffe de famille. Elizabeth Cochran a décidé de se retrousser les manches et prouver ce qu’elle avait dans la culotte. Que diriez-vous de savoir comment elle a su se faire un nom dans un monde d’hommes?

4ème de couverture
Nellie Bly est complètement folle. Sans cesse, elle répète vouloir retrouver ses « troncs ». Personne n’arrive à saisir le sens de ses propos, car en réalité, tout cela n’est qu’une vaste supercherie. Nellie cherche à se faire interner dans l’asile psychiatrique de Blackwell à New York dans le but d’y enquêter sur les conditions de vie de ses résidentes. Y parvenant avec une facilité déconcertante, elle découvre un univers glacial, sadique et misogyne, où ne pas parfaitement remplir le rôle assigné aux femmes leur suffit à être désignée comme aliénée. L’histoire vraie de la pionnière du journalisme d’investigation et du reportage clandestin. Un récit poignant porté par le mépris de l’injustice et des persécutions, enrobé d’un graphisme élégant.

nellie_bly_image1

Mon avis
Ces derniers temps, on voit fleurir un peu partout des ouvrages sur les femmes oubliées de l’Histoire. On sent que le féminisme a permis de remettre sur les feux de la rampe des personnalités qui ont apporté des choses à la société malgré leur condition. Après la publication de biographies, des articles publiés, Elizabeth Cochran dit Nellie Bly connaît une nouvelle vie en format bande dessinée. Elle doit s’occuper de sa famille et elle veut gagner son argent honnêtement en faisant ce qu’elle aime. Elle arrivera à travailler pour le New York World en leur promettant un sacré article. Sans grande peine, elle va s’infiltrer dans un asile psychiatrique réservé aux femmes. Pendant 10 jours, la demoiselle va partager le quotidien des pensionnaires. Elle a tout ce qu’il faut pour « 10 jours dans un asile ». La journaliste d’investigation va remettre en cause tout un système injuste, discriminatoire, violent avec en bonus du détournement d’argent. Déclarer une femme folle permet à des familles de se débarrasser d’une mère, d’une épouse, d’une fille encombrante. Qu’est-ce qu’au final la folie? Les récits de chacun d’entre elle bouleverse et sont le symbole d’une époque très miséreuse. Rien de tel pour faire les choux gras de la presse. Virginie Ollagnier-Jouvray et Carole Maurel ont réalisé un magnifique travail aussi bien sur le plan graphique, des couleurs que du scénario. On se laisse emporter dès les premières pages. En plus, elles n’ont pas ménagé leurs efforts puisqu’elles produisent un album de 160 pages. A travers un ingénieux jeu de retour dans le passé/présent du récit, le lecteur comprend mieux la psychologie de l’héroïne et son caractère de battante. Cette histoire vraie tenait vraiment à coeur des deux créatrices car elles aussi veulent apporter leur pierre à l’édifice. On le sait grâce à leur témoignage à la fin de la bande dessinée. Cela apporte encore plus de valeur au travail de grande qualité produit.

Une bande dessinée à avoir dans sa bibliothèque bien entendu à côté des « Culottées » de Pénélope Bagieu.

L’avis de Mes échappées livresques : « Pionnière dans le journalisme d’investigation, ce personnage remarquable et inspirant ne peut que susciter l’admiration du lecteur. Un superbe portrait de femme qui rend un bel hommage à la fascinante et brillante Nellie Bly. »

nellie_bly_image2

22 réflexions sur “Nellie Bly, dans l’ombre de la folie – Carole Maurel et Virginie Ollagnier-Jouvray

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s