Broussaille – Tome 1 – Les baleines publiques – Frank et Bom

Broussaille Tome 1 - Les Baleines publiques

Il se passe quelque chose d’étrange dans la ville. Les mouettes volent à tire d’ailes et les gens sont tristes. Est-ce deux êtres un peu rêveur peuvent savoir ce qui se passe vraiment?

4ème de couverture
Dans un monde que le progrès étouffe, dans la triste grisaille de la ville mise à mal par le dieu Pognon, Broussaille apparaît, tel un rayon de soleil, éclatant de joie de vivre et d’émerveillement. Amour de la nature et amour tout court marquent l’aventure intérieure d’un garçon qui refuse la glaciale prétention des technocrates d’aujourd’hui. « Broussaille », c’est un hymne flamboyant dédié à l’optimisme et au bonheur.

Mon avis
Un premier tome qui présente le personne principal : Brousaille, un jeune garçon, sympathique, aimable et très rêveur. Il sait que la situation n’a rien d’ordinaire. Son imaginaire prend le dessus et c’est cela qui va lui permettre de résoudre un mystère. On découvre un chat noir comme compagnon dans un appartement, où il n’est pas admis. Pourquoi faudrait-il suivre les règles s’il n’embête personne? Il se perd entre ces lectures et la réalité ce qui l’emmène à vivre une aventure des plus incroyables. Un bel hommage au lieu de culture, de savoir et de connaissance. La curiosité saine mène à faire des découvertes des plus improbables. Et aussi à faire des rencontres qui sauront chambouler la tranquillité de la vie. On sent que l’ouvrage n’est plus de prime jeunesse dans sa façon d’être structuré aussi bien au niveau du scénario que du dessin. La publication date de 1987. On note deux choses assez originales. Tout d’abord, les personnages ont des yeux représentés par des ovales remplis de noir. Une singularité totalement cohérente avec le récit très onirique raconté. Et l’autre chose, repose sur la façon d’aborder la nature avec l’angle de la protection, de l’étude, de l’enseignement et de la fiction. Il n’est pas facile d’aborder le thème de la protection des animaux. Le message n’est-il pas plus beau et délicat sous l’angle d’un rêve? On a l’impression d’être à la fois dans Gaston Lagaffe et Fred. Un mélange qui donne envie d’aller plus loin dans la série. Qu’est-ce que la suite va nous réserver?

Une œuvre atypique aussi bien dans les années 90 que de nos jours.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s