Running Girl – Ma course vers les paralympiques – Tome 3 – Narumi Shigematsu

Quand on a un objectif dans la vie, on se donne à 100%. Rina fait partie de ces femmes inspirante qui se surpasse pour une bonne raison. D’ailleurs, elle s’est fixée d’aller aux paralympiques, va t’elle y arriver?

4ème de couverture
Tandis que les projets de Kazami continuent de rencontrer des difficultés de développement, Rin doit aussi faire face à des complications financières : pour continuer sa carrière dans le monde du handisport, la lycéenne va avoir besoin d’une prothèse sur mesure. Mais ses parents seront-ils prêts à s’endetter pour ce qui n’est peut-être qu’une passion passagère ?

Mon avis
On pourrait croire au titre « Ma course vers les paralympiques  » que l’on va retrouver notre héroïne jusqu’à ce moment fatidique. Pour cela, il aurait fallu que Narumi Shigematsu accèlère de façon conséquente le récit. La mangaka n’a pas fait le choix à quoi on s’attendait avec trop d’évidence. Tellement de série annonce la couleur dès le premier tome que l’on a tendance à croire que tous sont sur le même format. On a juste su dès le départ l’objectif que Rina allait se fixer. Le lecteur suit progressivement les avancées d’une adolescente qui prend confiance en elle, en ces compétences et en son entourage. Elle passe de la petite fille renfermée, en colère, déprimée à une demoiselle prête à faire face à toutes les situations. L’ouvrage se termine avec une fin des plus positives car son enthousiasme a su touché un enfant qui était comme elle avant. Pouvait-on espérer autre chose pour clôturer cette série qui met en avant le handicap? On aurait apprécié avoir plus d’éléments sur les courses au lieu d’avoir un peu de début et le résultat à la fin. La matière était bien présente pour en dire plus ou du moins en raconter plus pour nous plonger encore plus loin dans le récit. La satisfaction se fait tout de même et c’est sans aucun doute qu’on recommande la lecture pour changer le regard sur la différence.

Une série audacieuse qui ose parlé du handicap de façon positive et réaliste.

L’avis de Les blablas de Tachan :  » Cependant je me souviendrai avec ravissement de cette courte série qui sait parler du handicap sans misérabilisme mais avec positivité. Je me rappellerai aussi du trait si particulier, délicat et plein de vie de Narumi Shigematsu, qui donne l’impression de faire voler son héroïne avec sa prothèse. « 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s