Je serai là! – L’homme étoilé

Trouver sa voie pour certaines personnes est quelque chose de très difficile. Pour l’homme étoilé son chemin a été tout autre. Quand il sera grand il accompagnera les gens en soins palliatifs.

4ème de couverture
En remontant le fil de ses souvenirs professionnels et personnels, l’Homme étoilé raconte la naissance de sa vocation de soignant.
Ce nouvel opus bouleversant confirme son talent et sa profonde humanité: il achève de nous convaincre qu’on peut aussi soigner avec ses mots et sa présence.

Mon avis
L’hôpital est un lieu pour moi très effrayant. A chaque fois que cela soit en passant par la case des urgences ou soit pour des examens, c’est toujours pareil. J’ai toujours le droit à des gens dit « professionnels » pour m’humilier, me rabaisser, m’insulter car ils profitent de leur situation de supériorité et de pouvoir sur un quidam. Une attitude qu’il n’aurait pas avec un VIP. Des comportements inadaptés et irrespectueux que se permettent le personnel soignant allant de l’infirmière au médecin souffrant du complexe de Dieu. L’homme étoilé m’a fait croire dans son premier ouvrage « A la vie! » qu’il y avait du personnel soignant qui était là par vocation et qui respectait les gens. Peut-être qu’il n’a pas encore assez d’ancienneté pour être totalement vidé de son espoir? L’avenir nous le dira. Dans son second ouvrage « Je serai là! » il parle de comment il a trouvé ce qu’il voulait faire de sa vie :  » Le jour où j’ai découvert les soins palliatifs, j’ai su que je ne voudrais et ne pourrais plus faire que ça. ». Il parle avec tellement d’amour et de conviction de son travail qu’il est impossible de doute de sa passion et de la considération qu’il porte aux gens. Avec beaucoup d’humour et de façon humble, l’infirmier partage son parcours de vie où il a appris à cultiver les petits moments de bonheur. Une personne qui redonne envie de faire confiance au milieu hospitalier. Même s’il raconte de façon brève son exécrable expérience dans les maisons de retraite. Un lieu où les lignes de comptabilité ont plus de valeur que la qualité de vie des clients. Un seul gant pour nettoyer 20 personnes c’est déjà bien assez. Il n’y a pas de petites économies. Son mal de coeur s’exprime de façon claire et net. Si le sujet vous intéresse, je vous invite à discuter avec des aides soignantes, dégoût garantie. Une chose est évidente lorsqu’on termine la bande dessinée. Que cela soit pour soi ou soit pour un proche, on espère que les soins puissent être réalisé par quelqu’un d’aussi précautionneux et à l’écoute des patients. C’est là où on attend la mort que l’hôpital permet de donner du temps.

Un ouvrage touchant et émouvant qui redonne un peu espoir dans l’hôpital.

L’avis de Baz’art : « Un homme humain qui me redonne espoir dans l’humanité, dans ce récit encore plus personnel que le premier et très touchant.« 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s