Le bruit des gens – Tome 2 – Nikesco

Sensibiliser les entendants à la culture sourde, n’est jamais facile. Nicolas partage son expérience avec son lot de surprises et de déceptions. Que diriez-vous de franchir la frontière pour ouvrir votre monde ?

La culture sourde est une culture ouverte à tous ceux qui veulent bien s’ouvrir à la diversité. Nicolas s’aventure là où il est possible d’essayer de toucher les gens avec son lot d’inattendus. Par exemple, dans une entreprise, il peut proposer des cafés signes. Le café ou le thé sont gratuits à condition d’essayer de le faire en langue des signes. Une démarche qui enchante certains mais qui en rebute beaucoup, trop. Et dans la vie au quotidien, ce n’est pas évident non plus. Comment annuler son coiffeur par téléphone ? Heureusement, il existe des plateformes téléphoniques de traduction. C’est très utile car parfois il peut y avoir des cafouillages sur des lieux de rendez-vous.

On entend souvent des gens dire « J’ai toujours rêvé d’apprendre la langue des signes ». Mais peu poursuivent ce souhait qui repose souvent par une sorte de langue magique avec les signes. Comme toute langue, il faut apprendre, la pratique et cela demande des efforts. On voit apparaître des ateliers pour la langue des signes pour les bébés toutefois la démarche s’arrête par la suite. Beaucoup de productions vidéos ne sont pas sous-titrés. Par chance, la communauté est soudée et se soutiennent dans tous les moments. Trouver une moitié est aussi un parcours semé d’embuches, même pour un sourd parlant.

Nikesco nous livre un témoignage drôle et touchant de sa vie quotidienne. Une certitude, il n’a jamais le temps et les sources d’inspiration ne manquent jamais. Qu’il soit seul, qu’il prenne rendez-vous ou qu’il cherche l’âme sœur, tout est là. Faire partie de la diversité en France (et aussi ailleurs) demande d’avoir une sacrée volonté et une force de caractère. L’artiste y montre les difficultés sans omettre ces bons moments qui font rire le lecteur. N’y voyez pas une œuvre communautariste, cela serait bien dommage de passer à côté d’un aussi bon moment de lecture. Des petites histoires se suivent et ne se ressemblent pas. Tout le monde peut se retrouver et s’amuser de ces mésaventures. Un ouvrage qui se lit et se partage avec son entourage.

Une suite dans la continuité du premier tome qui nous permet de retrouver Nico, toujours en aussi bonne forme créative.

Sur Paris, pour découvrir la LSF, je vous conseille d’aller à la l’IVT, à la fois centre de formation et lieu de théâtre. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s