Beyond the lipstick – Chronique d’un coming-out – Muriel Douru

Faire son coming-out n’est jamais vraiment facile. Mais dans une société en conflit social et religieux, c’est d’autant plus compliqué. L’amour peut-il toujours triompher?

4ème de couverture
La BD qui va faire du bruit ! Illustratrice, blogueuse, coquette, écolo, végétarienne, lesbienne, maman, engagée… Autant d’étiquettes différentes qui collent à la peau de Muriel Douru, mais qui, quoi qu’en disent la société, ses codes et ses lois, peuvent coexister sans problème ! A partir de son expérience personnelle, des témoignages de son entourage, Muriel Douru dénonce les clichés qui tendent à faire croire que les lesbiennes sont toutes des garçons manqués, ou que les féministes n’aiment pas les hommes ; elle dénonce les actes homophobes, gratuits et liberticides qui pourrissent le quotidien de beaucoup, elle s’insurge contre le décalage existant entre les idées et la réalité, notamment en terme de PMA, et bien d’autres choses encore.
Pour elle, un objectif : faire changer le regard des gens sur l’homosexualité : un sujet majeur, car elle concerne toutes les familles, y compris celles qui ont manifesté contre le mariage pour tous !

Mon avis
C’est éventuellement ma volonté de vouloir croire que le monde devient plus ouvert, mais je trouve ça bien de trouver ce genre de bande dessinée. Marabout avait déjà publié des récits de filles en bande dessinée sur leur quotidien. Cette fois-ci, à nouveau une femme partage une tranche de vie avec un regard sociétal sur sa position de lesbienne, épouse et maman. Le monde s’ouvre un peu plus aux modèles qui n’est pas le couple hétéro. L’amour n’a pas de règles contrairement à ce que peuvent avancer les religieux. Ils n’avaient pas pris en compte que même les couples homosexuels ou les personnes célibataires pouvaient avoir des enfants et enseigner la foi. Malheureusement, cette communauté très forte (surtout en période électorale) n’hésite pas à défiler dans les rues en clamant un papa, une maman et une croix au-dessus du lit. Toutefois, des couples se forment en ayant le même sexe et font des enfants. Les hommes qui ont écrit les livres de références ne faisaient pas de la prospective sur 300 ans. Pour l’efficacité d’un processus, il faut faire de la standardisation. L’envie d’enfanter ou d’élever des futurs êtres humains restent une envie que peut avoir tout à chacun. La liberté de se trouver et de s’épanouir reste un long chemin pleins d’embuches morales. Pour y arriver, ils doivent s’entourer de gens bienveillants et aimer ceux qui nous aiment. Ainsi ils pourront devenir plus forts et obtenir ce qu’ils rêvent. Muriel Douru partage sa vie de maman avec sa compagne ce qui lui apporte son lot de bonheur au quotidien. Un quotidien qui lui apporte son lot de plaisir et de colère. Elle l’exprime à sa façon, simplement et clairement. Entre humour et coup de gueule, l’artiste nous emmène au plus proche de la réalité et des questions qui touchent la société.

Etre maman d’une famille homoparentale n’est pas toujours facile surtout dans un monde où la religion et l’extrémisme monte en force.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s