Dear Brother ! – Tome 2 – Maki Enjoji

L’amour surprend toujours quand il frappe au cœur. La pauvre Momo doit face à ses sentiments et s’y perd. Est-ce qu’un petit copain peut changer les choses ?

4ème de couverture
Momo cohabite désormais avec ses trois frères qu’elle n’avait pas revus depuis 15 ans. Depuis la rupture de ses fiançailles, son rapport avec les hommes est des plus chaotiques. Ne pouvant plus rester indifférent face aux déboires de sa sœur, Sôgo la pousse à aller à un rendez-vous arrangé mais celle-ci se fâche et s’enfuit de la maison avec Aoba !

Mon avis
Il y a quelque chose d’un peu dérangeant dans cette série. Une jeune fille de 23 ans vit avec ces trois frères avec lesquels elle n’a pas grandi. On peut admettre que chacun a modifié temporairement sa vie afin de se rapprocher de leur famille et de leur sœur. Mais Momo est amoureuse de son grand-frère Sôgo. Quand elle croise son regard, elle rougit. Quand il l’effleure son cœur bat la chamade. Voilà les symptômes des premiers émois quand on est amoureux. Maki Enjoji pose son histoire d’amour dans une relation incestueuse, étrange choix. Mais peut-être qu’il y aura un rebondissement et qu’au final Sôgo n’est pas le frère de Momo. Ainsi tout deviendra normal. La mangaka introduit un nouveau personnage avec le collègue avocat de Sôgo, Shinobu, qui n’est pas insensible à la demoiselle et est intrigué par la drôle de relation fraternelle Momo/Sôgo. Est-ce le début d’un triangle amoureux ? Est-ce une opportunité de mettre en exergue les sentiments que ressentent ces deux adultes ? L’ambivalence de leur rapport va-t-elle évoluer et devenir plus clair ? En plus, on reste de ce schéma avec une fille maladroite, timide d’un côté et un homme plus âgé, fort, sûr de lui de l’autre. Sans lui, elle serait perdue. Un clivage très sexiste, qui est certes une trame de fond récurrente en manga, devrait évoluer et être plus réaliste. Il faut arrêter de propager cette idée d’une pauvre princesse qui a besoin d’être sauvé par un prince pour exister. Elle a autant de valeur que lui. Des consultations avec des psychologues pourrait faire évoluer le genre vers moins de niaiserie et plus de vraisemblance.

Une étrange histoire dont on se demande comment elle va se terminer. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s