L’écologie : la pollution les espèces menacées l’énergie solaire le nucléaire – Jean-Marc Reiser

L’avantage avec l’écologie, c’est que les sujets ne manquent pas et restent assez intemporels. Jean-Marc Reiser s’est emparé du sujet pour mieux en rire et s’en moquer. Que diriez-vous de jeter un coup d’oeil?

4ème de couverture
Tout le monde connaît le travail de Reiser humoriste. Le dessinateur, pilier de « Hara Kiri » et « Charlie Hebdo », a fait rire des générations de lecteurs avec Jeanine, Gros Dégueulasse ou La Vie des Bêtes. Mais on a oublié le Reiser inventeur et militant de l’écologie ! Reiser et l’Écologie est une anthologie des pages qu’il consacra principalement dans les années 70 à son engagement. Marée noire, pollution, laideur de l’urbanisme, nucléaire, les pires fléaux de la modernité outrancière n’échappent pas à sa plume assassine et humoristique. Mais Reiser était aussi un visionnaire, et cet album regroupe les pages de BD ou l’auteur explique comment fonctionne le solaire et les éoliennes. 35 ans avant le sommet de Copenhague, Jean-Marc Reiser se souciait déjà des générations futures.

À noter que ce livre recueille près de 80 pages de bande dessinées inédites en album.

Mon avis
Le sujet de l’écologie est très présent depuis les années 70. Une conscience propre à ce sujet apparaît et s’affiche aussi bien dans la presse, la littérature, la bande dessinée… Jean-Marc Reiser prend ces crayons et son humour sarcastique pour critiquer une société irréfléchie et corrompue. On s’étonne que certains dessins sur l’énergie solaire, l’éolien ou le pétrole sonnent toujours avec autant de réalisme de nos jours. Les choses ne changent pas vraiment et pourtant les politiques promettent toujours autant. La démagogie est d’autant plus présente en période d’élection où l’on flatte aussi les policiers, vue comme répresseur. Les chroniques de l’énergie solaire monte les possibilités de l’imaginaire à inventer de nouvelles choses même les plus absurdes. Demain se créé dans les être audacieux d’hier qui pensent au delà des frontières et des limites. Le rire permet de relativiser, de se moquer de certains prétentieux qui ne jurent que par le pétrole ou le charbon, de voir la force des lobbys… Par contre, le recueil ne se lit pas forcément d’une traite car cela risque d’être un peu indigeste. Il faut parfois s’adapter au graphisme assez direct du dessinateur et la quantité de texte qui peut parfois sembler répétitif. Toutefois, la lecture incite à réfléchir, à se poser des questions sur la situation actuelle et réfléchir à l’avenir.

Et si la cause écologique était un sujet indémodable? Reiser en était persuadé déjà à son époque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s