Engager son entreprise dans la transition, je passe à l’acte – Edouard Sellier

Pensez l’entreprise autrement est-ce possible? Edouard Sellier en est persuadée et cela peut se faire à partir de la volonté de chaque salarié. Comment faire?

De plus en plus de salariés constatent l’absence de sens dans leur travail ou l’incohérence de leurs tâches par rapport à leur engagement environnemental. Le changement ne doit pas s’opérer uniquement du haut vers le bas. Ceux d’en bas ont aussi une conscience sociale et des convictions. Ils ne vont pas attendre que leur entreprise décide de faire quelque chose. Alors si ce n’est pas maintenant qu’il faut faire bouger les choses, c’est quand? Surtout que presque toutes les études prouvent qu’économie et écologie se combinent assez bien. D’ailleurs, il existe un mot écolonomie. Rachel Carlson écrivait en 1962 dans « Printemps silencieux », « personne ne conteste à son prochain le droit de gagner un dollar, quelles qu’en soient les conséquences ». On peut le faire différemment en meilleur intelligence. Surtout que les nouveaux talents prennent en compte la culture d’entreprise, « l’engagement social et environnemental relève tout autant de la sphère personnelle et professionnelle » selon le baromètre « Talents : ce qu’ils attendent de leur emploi du temps » (Ipsos, BCG, CGE & Game Changers, 2020). Sans oublier qu’une entreprise avec des valeurs pense d’avantage à l’épanouissement de ces collaborateurs. « Le bien-être est un facteur de performance : amélioration de l’engagement, mobilisation de sources nouvelles d’innovation, diminution de l’absentéisme et du turn-over sont autant de mécanisme expliquant ce lien de cause à effet » affirme la DIRRECTE dans son étude « Bien-être au travail et performance économique » de 2014.

Pour certains dirigeants, s’engager dans une démarche RSE ne leur semble pas impossible. « 91% des dirigeants sont favorables à ce qui l’accès au financement des entreprises dépende de leur engagement environnemental. » selon une enquête « Représentations sociales du changement climatique – 19ème vague » de l’ADEME en 2018 portant sur 505 dirigeants d’entreprise. Les actions sont multiples à faire comme la réalisation du cycle de vie d’un produit, la réduction des GES, soutien aux projets des salariés,.. En plus, d’autres structures du même secteur peuvent eux-aussi mener une politique autour du développement durable C’est une occasion de pouvoir échanger sur de bonnes pratiques, de créer un réseau et de favoriser l’innovation. Edouard Sellier apporte son expérience professionnelle et son inspiration pour dire qu’il est possible d’avancer ensemble avec un objectif positif. Quand on a une envie que l’on soit en haut ou en pyramide, chacun peut apporter une pierre à un édifice. Il n’existe aucun geste inutile car c’est aussi progressivement que l’on arrive à convaincre les gens de devenir acteur de modifications positives pour espérer un lendemain meilleur. L’ouvrage se lit assez vite et a pour l’objectif simple et clair d’inspirer, de motiver. La structure est directe avec 6 catégories avec Pourquoi, s’entourer, s’équiper, se lancer, tenir bon et et après?. Elles proposent de suivre un chemin de réflexion. Il y a juste ce qu’il faut pour piquer la curiosité pour aller plus loin. Le gros bonus repose sur les sources à consulter afin de comprendre pour réfléchir et mettre en place des choses.

Un petit livre très grand public pour se familiariser à l’écolonomie et dire que chacun peut changer les choses.

14 réflexions sur “Engager son entreprise dans la transition, je passe à l’acte – Edouard Sellier

    • On peut essayer d’éveiller des consciences avec ces collègues pour commencer pour sensibiliser les responsables. Il faut commencer en bas pour que cela remonte. Pas de garantie de résultat. 🙂

      • Oui, c’était un sorcier qui ne se prenait pas la tête et ne prenait pas les autres de haut… Je l’ai pleuré.

        Vaste programme que le développement durable, mais pour le moment, j’ai l’impression qu’on ne va pas dans le bon sens :/

      • et oui, mais planter des arbres cela se voit, offrir des graines aux habitants cela fait de la com verte… Et en plus, beaucoup de gens veulent la 5G même si cela va demander de changer de téléphone, ne va pas changer leur usage, et va produire plus d’onde… On tourne à l’envers. Ce n’est pas encore pour demain la décroissance 🙂

      • Tu plantes 100 arbres et tu as pollué des tonnes et des tonnes… une goutte d’eau dans l’océan… :/ J’ai appris que les baleines captaient plus de CO2 que les arbres, qu’elles recyclaient plus de CO2 que les arbres. Fou !

        Les gens veulent leur internet encore plus rapide, tant pis pour les conséquences, mais ils ne veulent pas se faire vacciner parce qu’on va leur inenculer (oui, c’est le mot) la 5G :p

      • Je pense que si tu proposais aux gens de leur mettre une puce 5G, ils le feraient. Cela serait une bonne alternative aux antennes.
        Je vais plus nuancer car je travaille sur la RSE, planter 100 arbres c’est toujours mieux que rien. Même si cela est une démarche greenwashing c’est quelque chose. Après, il faut savoir si les arbres ont bien été choisi par rapport au lieu. Mais un petit pas c’est un petit pas.
        Je me dis qu’il faut déjà que je change moi mes habitudes. C’est vrai qu’il y a 3 ordinateurs à la maison, une télé, 1 tablette, 1 liseuse est-ce raisonnable? Ai-je besoin de tout cela?
        Je réfléchis à mes pratiques et je les fais progresser. C’est un petit pas pour après s’investir plus dans mon entreprise, puis dans ma ville, puis mes amis….

      • Oui, je comprends, c’est mieux que rien… mais j’ai l’impression que certains se donnent bonne conscience et ensuite, on liquide des arbres centenaires pour faire un cube de béton… illogique, insensé, débile.

        J’ai aussi 2 PC qui travaillent tout de temps et deux antres, des anciens (Windows7) qui savent encore bosser, 4 smartphones (on a gardé les 2 vieux), une liseuse,… je suis coupable aussi !!

        Oui, les gens seraient capables d’accepter la 5G implantée dans leur cul 😆

      • Selles en cuir ? PTDR Ok, je sors, mais c’était trop drôle de jouer sur le mot qui s’écrit de la même manière qu’une selle de cheval (ou du vélo, moto…).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s