Silencer – Tome 2 – Shô Fumimura et Yuka Nagate

Quand les méchants franchissent la ligne blanche, il faut des flics prêts à tout pour les arrêter. Mais cela amène à révéler aussi que la justice n’est pas très intègre. Pour rééquilibrer un peu les choses, se servir de son arme à feu, rééquilibre un peu les choses.

Iba est vraiment de très mauvaise humeur depuis qu’un petit malin est parti avec tout son butin. Son boulot était de le fructifier et assez vite. Mais voilà que le voleur qui travaille avec un clan de yakuzas s’est fait la belle. Il a pris un sacré risque. Quand il revient au bureau, il s’en prend à la petite vieille qui a signalé le malfaiteur qui a volé l’argent de sa retraite. Katsuragi ne va pas le laisser faire. Son meilleur ami, l’arme à feu avec silencieux se dresse vers son collègue. S’il ne sait pas se calmer, elle va trouver le moyen pour le faire. D’ailleurs, elle va mettre le nez dans l’affaire et va doubler ce profiteur d’Iba. Convaincre parfois les plus malhonnêtes même dans la hiérarchie de la police se montre pratique. Elle a rendu l’argent de cette vieille mamie charmante qui se trouve être au final, un gros magouilleur qui va leur coller aux basques. Il fait semblant de dire que c’est pour la compagnie des policières. Le vieux filou a une autre idée en tête. Surtout quand 4 jeunes gens sont retrouvés agressés et morts intoxiqués avec des lettres de suicide. Tous les indices signalent un crime. Toutefois, une personne haut placée veut que cela soit classé suicide. Shizuka n’en a que faire. Le vieux va se montrer très habile pour tendre un piège. Trois adolescents viennent aidés deux jeunes filles à mourir toutefois en les violant au préalable. Leur statut de mineur les préserve. Notre inspectrice va leur faire comprendre ce que souffrir veut dire. Et pour la tête pensante, le fils privilégié va avoir une punition de haute voltige. Pas de répit notre équipe qui va après devoir enquêter sur un casino clandestin. Le résultat va être l’enlèvement de Shizuka. Parfois certains cherchent la complication pour s’en sortir. Une balle en pleine tête, elle ne ment jamais et résous des problèmes.

Pas le temps de dire ouf du premier tome que l’on prend une autre tarte directement avec le tome 2. On retrouve Shizuka qui en a dans la culotte. Et quand elle pose ces ovaires sur la tablette cela fait du grabuge. Ce qui nous permet d’avoir une scène qui m’a provoqué un grand fou rire. Le fils du haut gradé ne risque rien d’organiser le viols de jeunes filles et l’agression de garçons qui souhaitent mourir. A part la déception dans le regard de son père, il peut rentrer peinard chez lui, un sourire narquois au coin des lèvres. Du moins, c’était avant l’arrivé de l’héroïne qui tire une balle en plein coeur du service trois pièces. Juste ce qu’il faut pour refroidir ces ardeurs de gros vicieux violeur. Ce type de mec ne manque pas dans la série surtout pour ces femmes charmantes. Un peu comme dans la vie réelle. En plus, Yuka Nagate adore faire des femmes à très grosses poitrines qui se rapprochent plus du fantasme masculin que la réalité culturelle japonaise. Les lecteurs pourront au moins se rincer un peu l’oeil. Notre héroïne sera même enfermée dans une boîte en petite culotte qui donnent envie à ses tortionnaires de la violer à tour de rôle. Le truc, c’est qu’elle sait tirer et viser juste avec ces pieds. Comment est-elle devenue une telle guerrière? Son passé nous est légèrement dévoilé. Après tout, est-ce vraiment nécessaire d’en savoir plus? La série ne fait que 4 tomes. Pourquoi pas se passer de son ingéniosité pour butter quelques mecs sans valeur et remettre les idées en place des autres? Surtout qu’une mafia coréenne repointe le bout de son nez. Va falloir qu’elle finisse le boulot qu’elle avait débuté aux Etats-Unis. La suite s’annonce très prometteuse. Shô Fumimura nous écrit un scénario aux petits oignons qui fait frétiller d’impatience pour connaître la suite.

Une série que l’on accroche de la première à la dernière page et surtout que l’on hâte de retrouver. Que va t’on nous réserver par la suite? Encore une petite explosion de bite?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s