Portrait de Carol Trébor

Carol Trébor a plus d’une corde à son arc d’artiste créative, auteure de romans adulte, jeunesse, scénariste de bande dessinée… Récemment, elle a prêté sa plume pour une histoire qui se déroule au coeur de la Commune de Paris. Que diriez-vous en savoir plus?

Comment vous est venue l’envie d’écrire?
Avant d’écrire de la fiction, j’ai été historienne et réalisatrice de documentaires. À force de filmer dans des comédiens dans les coulisses, j’ai eu envie d’écrire moi-même une pièce de théâtre et je me suis lancée. C’est comme ça que j’ai basculé du côté de l’imaginaire.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de passer du roman à la bd?
Grâce aux albums, j’avais déjà une expérience du rapport à l’illustration, du questionnement sur « ce que racontent les dialogues », ce que racontent les images, des interactions entre images/mots. Avec l’audiovisuel aussi, il y a cette narration fondée sur l’image, les interviews, qu’on cale en off, les scènes filmées qu’on laisse en in… Quand j’ai eu l’idée de Tâvutatèt, j’ai eu vraiment envie de développer ses aventures en BD. Je les voyais en BD, j’avais envie de laisser un dessinateur s’approprier mon scénario. Et je suis une grande lectrice de BD depuis toujours. C’était donc une grande joie d’aller vers la narration de BD.

Comment est né le projet de « Rouges estampes »?
Rouges estampes est une affaire de famille 🙂 Le projet est né il y a trois ans, d’une envie commune avec mon père, Jean Louis Robert, d’écrire une fiction qui se déroule pendant la Commune de Paris. Nous sommes tous les deux de grands lecteurs de BD historiques et de romans policiers, donc nous avons décidé de partir sur une BD et d’insérer du thriller.

Comment s’est déroulée votre collaboration avec l’historien, Jean-Louis Robert?
On a créé le synopsis ensemble, on a imaginé nos personnages, on a façonné le déroulé et on s’est ensuite un peu partagés les tâches : je me suis plus occupée du découpage planche/planche et des dialogues etc… Il relisait tout au fur et à mesure et faisait ses retours. Et lui, de tous les aspects historiques/décors/costumes/jargon etc.

Quels sont vos futurs projets?
Je viens de finir le tome 2 de Tâvutatèt (Vent d’Ouest), et je suis en train de travailler le tome 3 de Jeanne la fille du docteur Loiseau (Albin Michel) : mes séries jeunesse BD et romans.
J’écris aussi un roman biographique sur Louise Michel pour la collection Destin chez Albin Michel. C’est une figure féminine incroyable : féministe, écologiste, révolutionnaire, communarde exilé en Nouvelle Calédonie (où elle soutient la révolution kanaque de 1878)… 

Un très grand merci à Carol Trébor d’avoir pris le temps de me répondre. MERCI

Retrouver mon avis sur l’excellente bd « Rouges estampes« .

2 réflexions sur “Portrait de Carol Trébor

  1. J’ai déjà lu un de ses romans, La lignée (Nina Volkovitch 1), d’ailleurs il faudrait que je lise la suite ! Mais je n’avais jamais fait attention qu’elle faisait aussi de la BD, je regarderai ce qu’il y a à la bibliothèque 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s