#Dieselgate – Arte

Tous ceux qui ont acheté une Volkswagen en 2015 ont eu un goût amer en bouche. Ils avaient pris une option afin de limiter leur pollution et cela ne servait à rien. La marque avait menti et cela a donné naissance à l’affaire du Dieselgate.

En 2015, a éclaté le plus gros scandale industriel d’après guerre en Allemagne sous le nom du Dieselgate. La marque Volkswagen a vendu plus de 11 millions de véhicules avec un outil qui permettait de tricher sur les tests d’émission polluante. Mais cette tricherie n’est pas limitée à un seul territoire et a pris une ampleur non prévisible. Comment en est-on arrivé à ça? Qui a validé ce processus en interne? Pourquoi aucun contrôle n’a pu détecter cela avant? Pourquoi y a t’il fallu attendre des spécialistes zélées aux Etats-Unis pour dénoncer ouvertement une pratique peu scrupuleuse? Est-ce que personne vraiment ne savait? Que sont devenus des individus qui avaient signalé un problème en interne aussi bien à Bosch que Volkswagen? Jusqu’où monte dans la chaîne hiérarchique sociétale la pression peut-elle monter?

Alerto Ayala a dénoncé cette falsification au fabricant qui a fait duré les choses pendant 2 ans avant que la vérité soit faîtes. Et le pire pour le vendeur automobile, la tricherie est communiquée à l’ensemble des consommateurs. L’image de marque en a pris un coup dur car indéniablement l’entreprise a choisi de mentir avant de reconnaître la fraude. Même en reconnaissant le choix délibéré d’agir mal, les plaignants contre la marque sont considérés comme fautifs. Un mauvais choix de gestion de communication qui n’a pas aidé à la bonne gestion de leur choix non-éthique. L’entreprise a du racheter une partie des véhicules ce qui a fait très mal au portefeuille. Au final, aucun coupable n’est indiqué. On peut se demander si cela est la seule marque à mentir? Surement que non, la loi des lobbies nous dépasse de beaucoup. Nous ne jouons pas dans la même sphère d’influence.

Lien vers la chaîne : https://www.arte.tv/fr/videos/093710-000-A/dieselgate/

Présentation officielle :
« En 2015 éclatait en Allemagne l’affaire dite « Dieselgate ». Ce scandale industriel révélait que, rien que chez Volkswagen, plus de 11 millions de véhicules avaient été « truqués » pendant une décennie dans le but d’optimiser artificiellement les résultats des tests aux émissions polluantes. Un mensonge à grande échelle et aux ramifications vertigineuses – pour l’État allemand, les consommateurs et les municipalités du monde entier.

Après six ans d’enquêtes et de procès, la chaîne de responsabilités reste opaque : personne n’a encore été condamné pour fraude en Allemagne. Au fil de son investigation, le documentariste Johan von Mirbach met en évidence les mécanismes qui ont permis ce scandale et suit le combat d’hommes déterminés à obtenir justice : l’ingénieur Karsten vom Bruch, qui avait déjà signalé des irrégularités chez Bosch plusieurs années auparavant et a été licencié ; Norbert Flother, simple client de Volkswagen dont la plainte est remontée jusqu’à la Cour fédérale de justice ou encore l’avocat Andreas Tilp, qui défend un groupe d’investisseurs floués par la chute des actions de la firme automobile suite au scandale. Des témoignages édifiants qui révèlent la toute-puissance d’une industrie où règnent l’omerta et la peur, et face à laquelle les politiques et la justice peinent à faire le poids. » »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s