Golden Sheep – Tome 3 – Kaori Ozaki

Peut-on redevenir amis comme dans l’enfance après quelques années de séparation? Les blessures peuvent-elles se soigner? Notre quatuor va nous donner la réponse.

Asari se sent bien seule depuis que ces trois anciens amis ont quitté l’école. Surtout qu’elle a mal réagit face à une remarque d’une fille. Maintenant là voilà isolée des autres et elle a des difficultés à gérer cela. Surtout quand on lui cache une serviette hygiénique dans le bento préparé par sa mère et que l’on jette ces chaussures. En classe, plus personne ne lui adresse la parole. Elle se sent mal-aimé et uniquement les larmes l’apaisent. Sora reçoit un message, sa grand-mère est hospitalisée. Avec Tsugu, ils décident de rentrer. Yûshin lui est déjà revenu et a décidé de reprendre ces études. D’ailleurs, il prendra la défense d’Asari quand une ancienne copine vient la menacer. Les 4 amis se rapprochent et ont appris de leurs choix. Un nouveau départ qui va les aider à avancer plus sereinement.

Comme la série était en trois tomes, ce dernier se faisait attendre avec beaucoup de réponses. Mais quelle déception au final. La psychologie des personnages a été un peu développée et d’un coup tout se termine. Les sujets évoqués étaient pourtant très graves comme le harcèlement moral, la violence physique, le suicide… et tout ça pouf disparaît d’un coup. Les 4 anciens amis se rapprochent sans avoir décidé d’être plus honnêtes entre eux ni dénoncer les mauvais comportements. Et en plus, ils se pardonnent comme ça les coups, l’agression sexuel, la violence… Chacun reprend le chemin de l’école, fait des croquettes pendant les vacances scolaires et c’est tout. Tout disparaît comme par magie. Je trouve cela dommage car il y avait des sujets graves qui méritaient d’être plus approfondies. Il y avait moyen de faire au moins 5 tomes en mettant du contenu qu’un tout simplet happy end. On reste vraiment sur sa faim avec une grosse déception. D’autant plus quand on sait que la mangaka aurait pu le faire car elle maîtrise aussi bien l’écriture que le dessin. Comme le montre ses histoires de fin avec orientation religieuse et d’esprit.

Une fin décevante qui aurait pu être audacieuse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s