Golden Sheep – Tome 2 – Kaori Ozaki

Qui peut-être ce drôle de petit bonhomme qui les accueille chez lui? En plus, il les met dès le lever du jour au boulot? Faut-il ça pour se changer les idées?

Tsugu et Sora vont à l’adresse qu’on leur a donné. Ils sont accueillis par un petit vieux qui souhaite sur le jeune garçon : « Où étais-tu parti traîner pendant tout ce temps, dis? ». Ils ont à peine le temps de répondre qu’on les emmène dans leur chambre où on leur demande de dormir. Demain, une grosse journée les attend. Une fois réveillée, on va leur donner une tenue et hop au boulot. Le petit restaurant ouvre son rideau tiré depuis un moment. Ils vont réaliser des boulettes frits et il y a intérêt que cela dépote. Bien sur que les parents des deux adolescents sont inquiets. Mais quelque chose leur dit qu’ils ont besoin d’un break pour se reconstruire. Etonnamment, les choses vont assez vite. Chacun s’active pour la bonne réalisation des boulettes surtout que les passants en raffolent. Sora s’investit à 200% et crée de nombreuses variétés. En faisant ça, il ne pense pas à ce qu’il commence à ressentir pour Tsugu. Même si lorsqu’ils sortent à la grande roue, le bonheur enfin lui sourit. Toutefois, cela sera de courte durée car Yûshin débarque à Tokyo. Il se cherche et vient d’essayer de passer boxeur pro où il échoue.  Quand il voit Sora, surtout souriant, il veut se venger sur lui comme il l’a toujours fait. Mais cette fois-ci les choses ne se passeront pas comme avant. En collaborant ensemble pour sauver un chaton, cela montre qu’ils peuvent travailler vers un même but sans méchanceté et sans violence. A moins que cela soit valable qu’un court instant?

On ne pouvait pas vraiment deviné ce rebondissement. Les deux adolescents ont un objectif et n’ont pas le temps de réfléchir à autre chose. Plus besoin de souffrir d’être maltraité au quotidien ou d’être isolé socialement, ici ils se sentent libre. On leur donne des ordres, ils réalisent des tâches et les choses de passent bien. De gens passent des commandes pour leur établissement et même une célébrité vient leur faire de la pub. Un véritable succès inattendue. Sora se voit bien rester là car il n’est le souffre douleur de personne. Sauf que ce denier débarque et vient encore le provoquer. Il l’accuse de tous les maux dont il est victime. On découvre que Yûshin est fragile et souffre d’une mauvaise estime de lui. Il se considère comme un déchet. Est-ce qu’un changement de décor pourrait tout changer pour lui aussi? Le mal-être reste quelque chose qui ronge de l’intérieur si l’on n’arrive pas à mettre des mots dessus. Kaori Ozaki met beaucoup de douceur pour parler de souffrance adolescente. Tout comme son graphisme si délicat et si précis. On a hâte de savoir ce qui va se passer dans le dernier tome qui va clôturer cette série. Est-ce que chacun trouvera quelque chose de rassurant pour avancer plus sereinement? L’avenir nous le dira.

Est- il possible de s’ouvrir de nouvelles perspectives quand on a été blessé par la vie?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s