The Storyteller : Dragons – Jorge Corona

Le dragon n’est pas un animal ordinaire. Quelque soit les cultures du monde, on le retrouve soit en défenseur ou soit en attaquant. Pourquoi ne pas découvrir quelques unes de ces histoires? 

Que diriez-vous de vous poser confortablement au coin du feu pour écouter des histoires. Pas n’importe lesquelles. Chacun vous emmènera dans différents lieux du Japon jusqu’en Europe de l’Est et dans diverses époques. Des histoires qui nous montrent la valeur et la bravoure de jeunes gens. Battre un dragon pour rattraper sa vanité ou vaincre une injustice, des hommes et des femmes sont là pour tout faire quitte à mourir. Par conséquent, nous assistons à des luttes avec vaillance, courage et sang. L’héroïsme est plus fort que tout et tous s’en sortiront indemnes, ou presque. Un père deviendra serpent/dragon pour protéger son fils. Puis un enfant égoïste et narcissique qui donne naissance à un monstre qu’il doit combattre des années plus tard une fois qu’il a acquis sagesse et patience. Ensuite, une jeune femme, brave combattante qui forme avec partage et pédagogie la relève pour tuer des bêtes sauvages. Et enfin la fille d’un combattant qui doit laver son honneur. Il y en aura pour tout le monde.

L’éditeur Kinaye permet de découvrir le comics américain jeunesse sous toutes ces formes. Avec « The Storysteller », on nous plonge au coeur d’une anthologie de 4 contes. Et à chaque récit raconté par un personnage principal au coin du feu avec son chien parlant, se sont 4 artistes qui s’approprient l’univers. Jorge Corona, Nathan Pride, Hannah Christenson et Daniel Bayliss apportent chacun leur touche. Ces différences dynamisent la lecture qui se montre un peu laborieuse. En effet, cela évoque une série d’un autre temps, où un homme prêt d’une cheminé racontait un récit d’horreur. Sauf qu’ici, on a pas forcément le côté horrible. Pourtant, la lecture ne se fait pas d’une traite. On s’arrête entre chaque épisode pour lire autre chose. Une forme qui ne convainc pas et qui ne me fera pas lire la suite indéniablement. Peut-être qu’aussi cela me rappelle un peu la mythologie qui ne m’a jamais séduite.

Un ouvrage qui m’a laissé un petit goût amer dans la bouche. Je passerai s’il y a une suite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s