Afterlife with Archie – Tome 1 – Roberto Aguirre-Sacasa, Francesco Francavilla et Jack Morelli

La tranquillité ce n’est à Riverdale qu’elle règne. Surtout quand on fait revenir un chien de la mort et qui est affamé. Est-ce qu’il est possible d’échapper au raz-de-marée zombie?

« Frontière Riverdale/Greendale. Heure des sorcières, heure lugubre… au cœur de la nuit ». Une personne frappe avec entrain à la porte d’entrée. Sabrina va ouvrir faisant fi des remarques prédicatrices de sa tante. C’est Jughead paniqué car son chien a été renversé par une voiture. Il faut agir et vite. Mais il est trop tard il est mort. Ces gentilles sorcières ne pratiquent pas la nécromancie. Face au désarroi de son ami, Sabrina va faire une exception. Un petit trou, le cadavre du chien dedans et une incantation cela suffit à faire un miracle. Pas de chance pour elle, ses tantes vont avoir vent de son infraction. « Un an de réflexion et d’expiation silencieuses dans le Royaume-du-Bas ». A Riverdale High, tout allait bien pour l’instant. Tout le monde réfléchi à ce qu’il va porter pour le bal d’Halloween. Archi, le beau gosse de l’école doit choisir entre deux belles jeunes filles. Qui choisir entre Betty et Veronica ? Qu’importe car un évènement va tout bouleverser. Le gentil Jughead est venu au bal mais dans un état second en faisant des ravages sur son passage. Maintenant, il aime manger de la chair humaine. « C’est une apocalypse zombie ». Est-ce nos adolescents vont arriver à s’en sortir vivant ? Et surtout est-ce qu’Archi va bien ? Cela inquiète beaucoup Véronica et Betty.

« C’est ainsi que la fin du monde a commencé. » C’est avec cette phrase en rouge sur fond noir que débute notre histoire. Nous voilà prévenu, si vous pensiez découvrir une petite histoire mignonette avec de l’amour, des petits oiseaux et des petits cœurs partout. Changez de chemin tout de suite. Car ici la seule chose de rouge que vous verrez sont des litres d’hémoglobine. Ben oui, c’est un peu ce qui arrive quand des zombies débarquent : ils dévorent les humains. Le côté assez positif, c’est que cela se fait sans aucune distinction d’âge, de classe sociale ou de couleur de peau (même si ici ils sont tous blancs). La seule logique pour ces êtres est qu’un bon humain est un humain mort. Roberto Aguirre-Sacasa écrit un scénario tiré au cordeau en utilisant les codes populaires du zombie sans oublier les clins d’œil aux films d’horreur. Tout en gardant la trame d’étudiants qui sont encore en quête de leur identité et de leurs sentiments. Archie est le héros de la série. Jeune garçon, dynamique, roux qui fait tourner les cœurs. Deux pimpêches partagent son cœur et il ne veut pas choisir entre Véronica et Betty, meilleures amies/ennemies. Crépages de chignon et de bikini pour savoir laquelle est la plus belle et la meilleure. Bref le bon choix à faire même une invasion est en cours de route. On se prend au jeu tout de suite de cette histoire à l’apparence simple et pas du tout simpliste ou caricaturiste. Ces cinq premiers tomes de la série nous tiennent en haleine car rien pour l’instant ne présage qu’ils vont tous restés en vie. Certains vont finir en apéro-zombie. Mais qui ? Francesco Francavilla lui aussi tient la route avec son approche graphique et colorée assez classique qui va comme au gant au genre horreur. Les découpages parfois cinématographiques permettent vraiment d’apprécier l’action. On en redemande. D’ailleurs à quand la suite ?

Ne cherchez plus très loin le zombie, il va vite revenir à vous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s