Fifike 3 – Good boy! – Marcel Ebbers

Quand on est un chat, ce n’est pas toujours facile au quotidien. Surtout quand sa maîtresse n’est pas celle qui paraît tout comme son copain le chien. Aucun jour ne se ressemble.

Certains à la vue d’une soucoupe volante prendrait la poudre d’escampette ou sortiront leur téléphonique portable. Pour la mamie c’est tout autre chose. Quand elle voit quelqu’un qui a un problème mécanique, elle lui vient en aide, même s’il est vert. Elle n’est pas du genre à se laisser aller ou faire dans la demi-mesure. Une photo d’elle qui ne lui va pas et le photographe prend un coup de pied au cul. Le chien ne veut pas sauter dans le cerceau alors le cerceau ira à lui. Il a de la ressource Fifike. Quand la maîtresse fait des plats assez peu satisfaisant, il commande une pizza. Il va même jusqu’à porter un masque pour limiter l’odeur nauséabonde de ces pets. Et quand son ami le renard risque de se faire tuer par de gros molosses il le prend dans sa gueule afin qu’il fasse le mort. Un vrai pote sur lequel on peut compter. Pour le chat, c’est un peu différent ce qui n’empêche de passer de très bons moments ensemble. Ils forment à leur manière une belle famille qui ne s’ennuient jamais.

Que cela soit en vidéo ou soit en bd/manga, le chat a bonne presse. On le retrouve sous toutes les coutures de sa naissance à sa vieillesse. Son espièglerie est mis en avant car sous des apparences câlins se trouvent un animal malin et filou. Notre héros à quatre pattes ne diffère pas des autres à part que la mamie à qui il appartient n’est pas tout à fait ordinaire. La grand-mère est à la fois tendre et gentille tout en étant sauvage et rebelle. Il faut se méfier des apparences. A cela se rajoute, un chien, qui lui aussi peut-être le meilleur ami du chat, surtout s’il est un peu concon. Marcel Ebbers va à l’essentiel dans sa bande dessinée. Il ne s’encombre pas de décors, de précision, il va direct à l’essentiel. En quelques traits de crayon, dans des cases, il raconte les aventures de Fifike. Pas un félin pantouflard qui reste à la maison sur le fauteuil de sa maîtresse ou qui regarde par la fenêtre des oiseaux. Lui, il passe à l’action et se repose quand il faut. Aucun doute que les fans des minous et minette passe un bon moment.

On se surprend toujours de l’imagination que possède nos compagnons.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s