La nuit est mon royaume – Claire Fauvel

La rencontre avec la musique a tout changé pour Nawel. Et pour elle a renoncé aussi bien à sa famille que ses études. Le succès sera t’il au rendez-vous?

Nawel supporte de moins en moins la pression que lui fait subir sa famille. Ses parents gardent des comportements comme s’ils étaient encore en Algérie. Comme c’est une fille, on va être d’autant plus exigeante car elle est un bien que l’on va marier. Il faut qu’elle soit honorable. Par contre, le petit frère lui peut faire ce qu’il veut. Les hommes sont toujours plus libres sans contrainte. Elle aussi veut goûter la liberté et faire ce qu’elle veut. D’ailleurs, elle fume depuis un moment. Et un jour, elle veut montrer la vraie rupture avec des principes archaïques pour contrôler les femmes et les soumettre. Alors elle se rend chez le tatoueur et recouvre son dos. Le lendemain sa mère s’en aperçoit, le dit à son mari. Aussitôt, une dispute s’ensuit et Nawel doit quitter l’appartement familiale. Aucun souci, elle va trouver un logement, même si c’est petit, avec un petit boulot et suivra les cours de BTS. Avec sa meilleure amie, elle créent un groupe « Nuit noire ». Doucement, elles commencent à faire des concerts et surtout lance leur premier EP. Une maison de disque vient leur faire une proposition. Cela enchante Nawel qui va y consacrer tout son temps, son énergie et sa force. Son coeur palpite pour un artiste vu sur scène : Isak Olsen. D’ailleurs, elle lui fera tellement confiance qu’elle partagera ces 4 premiers titres. Mais il lui fait un retour négatif et à partir de là c’est la descente aux enfers. Et quand elle découvrira le pot au rose du comportement de ce garçon, il va falloir aller de l’avant.

Avoir une passion peut être très destructeur. Surtout quand on s’y consacre corps et âme allant à l’encontre de la raison. Nawel a bravé les interdit de sa culture pour croire en un rêve. Claire Fauvel fait le portrait d’une jeune fille maghrébine qui veut se construire en dehors des règles d’un autre temps de ces parents et des clichés de la cité? Impossible? Non, il faut renoncer à des choses. Heureusement, sa meilleure amie, Alice, lui donne la force d’avancer. La solitude n’est jamais là. La scénariste montre le champ des possible quand on se lance. Parfois cela peut réussir et parfois échouer. Quand l’amour rentre dans ces possibilités tout et n’importe quoi peut arriver. Car les sentiments ne sont pas forcément réciproque et les gens sont parfois malhonnêtes. Il faut accepter d’être trompé, manipulé et se reconstruire. Un chemin difficile mis très joliment en dessin sans fioriture et sans mensonge. Même si elle souligne la difficulté en tant que femme issue de l’immigration et vivant dans un quartier pauvre, on fait une boucle. Nawel prend confiance, quitte ces parents traditionaliste, essaie, échoue et revient à son point de départ. Et là, il n’est plus question de se reconstruire et d’avancer. Va t’il falloir se résoudre à se soumettre? Nous ne le saurons pas.

Une bd audacieuse qui se dévore assez vite sur une fin très ouverte.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s