Les collègues – La pause-boulot – Patrice Guillon

La vie de bureau avec les réunions et les pauses café ont de quoi inspirer. D’ailleurs que diriez-vous de rencontrer des salariés par du tout épanouis ? Saurez-vous en rire ?

L’entreprise quelle belle aventure au quotidien. Les motifs de mécontentement ne manquent jamais et cela permet de raconter de très nombreuses histoires. Le patron refuse inlassablement d’augmenter le salaire de ces salariés car cela va réduire ces profits. Déjà, il devrait se sentir chanceux avec le SMIC car il ne peut pas être payé plus bas. Pour convaincre de nouveaux clients de signer un contrat, rien de tel qu’un petit pot de vin ou un gros. La confiance est un mot à bannir de votre vocabulaire. « Le travail d’équipe ? C’est quand tout le monde fait ce que je dis ! » Pour compenser un peu, on ramène des fournitures du bureau à la maison. Sauf si on se fait prendre par le chef. Mais avoir des collègues au quotidien n’est pas de tout repos non plus. Il faut gérer les jalousies, les rivalités et la bêtise humaine tout simplement. Un tableau fidèle d’un monde qui échoue.

Au premier abord, le travail de Patrice Guillon fait penser à la série Dilbert de Scott Adams qui lui aussi évoquait le monde du travail. Mais le scénariste-dessinateur évoque ici l’entreprise française avec bien entendu les gros clichés attendues le fan du PSG, la fille provocante, les misogynes… Est-ce si stéréotyper que cela ?  Augmenter les salariés pour les récompenser du travail et de l’argent dont l’entreprise a bénéficier, est-ce si récurrent ? Tout le monde ne souhaite t’il pas être augmenté régulièrement ? Quelle entreprise ne souffre pas en laissant souvent faire les gros misogynes qui croient que leur service trois pièces leur confère un pouvoir magique ? Dans le même sac on rajoute les racistes, les homophobes et bien d’autres. Impossible de les éviter surtout lorsqu’ils sont à la direction. On rit de l’absurdité presque impossible de la confiance dans le salarié. Une utopie sociale. Le déploiement du télétravail à fait ressortir ces travers qu’un salarié non observé physiquement va forcément ne rien faire. Les strips au final font rire jaune car même si ces gens ont un travail cela reste une source de mal-être au quotidien. Peut-être à mettre en illustration dans ces fabuleux livres de la bienveillance au travail qui veulent nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Une bd qui se veut drôle sur le travail. Est-il vraiment une source d’amusement ?

7 réflexions sur “Les collègues – La pause-boulot – Patrice Guillon

Répondre à belette2911 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s