Arte – Tome 8 – Kei Ohkubo

C’est décidé Arte quitte Venise pour Florence. Maintenant, son art a changé et s’affirme dans la précision et la magie qui s’en dégage. Pour poursuivre son envie de peindre pour les Médicis va-t-elle devoir quitter Léo ?

La décision est prise, elle va rentrer à Florence auprès de Léo. N’étais-ce pas une folie de refuser d’avoir comme mécène la famille Feyriel ? Non, elle veut être choisie par des mécènes encore plus important comme les Médicis. Cependant pour en arriver là, il va falloir encore qu’elle travaille. Par chance, depuis qu’elle est revenue les commandes personnelles n’arrêtent pas. Et le plus, est que le résultat plaît beaucoup certes à ces dames mais à ces messieurs aussi surtout dans le détail et la précision des bijoux. Toutefois, elle entend malgré elle un client dire à son épouse qu’Arte ne pourra rester qu’une peintre de portrait de femme car pour peindre du religieux, il faut du savoir, des connaissances, choses propre qu’aux hommes. Cela l’a bouleversé et s’interroge alors sur sa destinée d’artiste renommée. Une discussion avec sa fidèle amie la courtisane, lui permet de voir les choses autrement. Elle va continuer à faire son place comme peintre de portrait et aucun d’aucun doute que de nouvelles opportunités vont apparaître. Pour cela doit-elle quitter Léo et aller dans un atelier plus grand ? Un choix qu’il faudra faire à un moment mais pas maintenant.

Quel plaisir de se retrouver auprès d’Arte, artiste femme, qui ose prendre des risques. Combien d’hommes auraient accepté une famille riche de Venise pour se lancer et réussir leur carrière ? Elle veut autre chose et elle veut qu’on la choisisse pour son talent. Sans réseau, elle n’y arrivera pas. La connaissance est la clé qui lui permettra de changer son destin. Lire en latin Erasme, même pas peur. Une façon élégante d’illustrer la témérité, la force, le courage. Quand on veut faire quelque chose, il faut s’en donner les moyens. Il fera faire face quand on lui dira qu’une paire de testicule l’empêche de faire aussi bien qu’un homme. Une paire d’ovaires cela a aussi son utilité autre que la procréation. Pour l’instant, elle a su tout affronter même au fait qu’on lui dise qu’on lui fasse des compliments plus à cause de son statut social que son travail. Grâce à des liens d’amitié sincère et fort, elle a su s’entourer des gens de confiance qui l’aide en toute circonstance. Sa bienveillance lui permet de s’entourer de gens bons. Peut-être que Kei Ohkubo préfère apporter un peu de douceur dans un monde de brut. Car à cette époque les artistes et les apprentis étaient prêts à tout pour se faire une place tels des chiens affamés face à un os même si réunis en corporation. Gardons l’espoir que seul le talent compte et non le genre dans une société misogyne. Arte va-t-elle poursuivre sur le chemin de la réussite et arriver à faire sa place ? L’innocence et la gentillesse pourront-elles l’emporter dans un monde injuste ?

Arte pourra t’elle faire sa place dans l’histoire de l’art ? La réalité dit oui mais la fiction suivra t’elle le même chemin ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s