Hélène et les Disappearing Gamers – Nicolas Labarre et Julien Castanié

Apprendre l’anglais n’est pas toujours facile pour les adolescents. Que diriez-vous de leur proposer une aventure en deux langues ? Tout comme Hélène, doucement la langue de Shakespeare leur deviendra plus courante.

L’éditeur Syros propose une collection, Tip Tongue, de romans jeunesses pour se familiariser avec plusieurs langues. Trois particularités. La première, chaque histoire est écrite en deux langues. Ne faites pas le parallèle avec ceux écrit en double page avec d’un côté l’anglais et l’autre le français. Au début, c’est juste quelques mots ou expressions. Puis progressivement, la langue anglaise va prendre plus de place pour finir avec des phrases entières. Un système assez ingénieux car une fois que l’histoire est bien contextualisée, le sens se fait et l’anglais devient compréhensible. On pourrait presque en oublier que ce n’est pas notre langue natale. En deuxième particularité repose sur la complémentarité du roman avec le site internet de l’éditeur. Qu’est-ce que l’on y trouve ? Déjà, chaque chapitre peut s’écouter. Ainsi on entend la langue avec le bon accent. L’autre plus-value est les exercices liés aussi bien au vocabulaire qu’à la conjugaison. Une façon globale de s’approprier une histoire, pour voir si on l’a bien comprise. Et aussi de faire des exercices sous de forme de jeu et si l’on n’y arrive pas, pas de punition ou autre. Tout doit rester du plaisir. En troisième, on sait bien que beaucoup adolescents peine à lire sans dessin. Roald Dahl le premier qui travaillait avec un illustrateur. Ici c’est Julien Castanié qui trouve les éléments pour dynamiser la lecture.

Qu’est-ce qu’il en est de l’histoire ? Nicolas Labarre nous propose une aventure au porte de la science-fiction. Hélène vit une semaine sur deux chez son père. Cette semaine, c’est à son tour de passer du temps avec sa fille chérie. Toutefois, quand Hélène rentre dans l’appartement personne ne lui répond. Normal, elle découvre son père inconscient devant son ordinateur. Aussitôt, elle appelle sa mère et son beau-père. L’homme est immédiatement emmené aux urgences. Que lui arrive t’il ? Les médecins lui font passer toutes sortes d’examens et ne comprennent pas pourquoi il est dans le coma. Il faut rentrer, de toute façon on ne peut rien faire pour lui. En plus, sa mère et son beau-père doivent partir impérativement pour une réunion de boulot assez loin. Promis, ils ne s’absentent juste une nuit et une matinée. Son demi-frère et demi-sœur, restent à son écoute si besoin. Mais ce n’est pas facile pour l’adolescente de communiquer car elle n’est pas encore à l’aise avec l’anglais. Qu’importe, il faut qu’elle trouve une solution pour aider son père. Elle l’a trouvé devant son ordinateur. Est-ce en lien avec le jeu Thrones of the Kingdom qu’il testait ? Le meilleur moyen de savoir est de vérifier. Malheureusement entre la langue et le gaming, un fossé les sépare. Par chance, Glenn est un joueur né. Il va l’aider à franchir toutes les limites et en anglais of course. Débute alors une enquête passionnante qui va entraîner la jeune fille sur le chemin de l’improbable. Parfois, des choses singulières ne peuvent-elles se produire sans explication scientifique ? Hélène le sait et elle en a été témoin.

Un roman qui se dévore d’une traite qui s’apprécie autant pour son récit que le fait de travailler son anglais. Aucun doute que de nombreux et nombreuses adolescents et adolescentes se reconnaitront dans Hélène. La voilà dans un pays étranger où il faut maîtriser une langue qui lui semble difficile. Elle a assez peur de faire face à ces manques. N’est-ce pas le cas pour tous ceux qui apprennent une nouvelle langue ? Et face à une situation difficile, elle demande de l’aide. Elle apprend à surpasser sa peur d’aller vers les autres pour le bien d’autrui. Une démarche courage et bienveillante qui aboutit à un résultat positif. Toute seule, elle ne serait arrivée à rien. La trame principale tourne autour des jeux vidéos. N’oublions pas que bientôt presque 50% des joueurs sont des joueuses. D’ailleurs, c’est grâce à une joueuse en ligne que des solutions se trouvent. Une vision pour réel du monde se trouve avec une présence des femmes partout. Et pas seulement femme au foyer qui élève ces enfants et s’occupe de la maison. Elles font ça en plus de travailler et de contribuer à une société meilleure. Girl power.

Un livre à mettre entre les mains des adolescent(e)s pour aborder la langue autrement et dans un bon roman.

2 réflexions sur “Hélène et les Disappearing Gamers – Nicolas Labarre et Julien Castanié

  1. Pingback: Challenge lecture 2020 – 275 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Ma PAL d’août | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s