La lanterne de Nyx – Tome 2 – Kan Takahama

Depuis que Miyo a trouvé ce nouveau travail, sa vie prend un nouveau tournant. Lire, écrire, compter et rencontrer des occidentaux, lui ouvre de nouvelles perspectives d’avenir. Mais qu’en est-il de ces sentiments ?

Miyo est enfin heureuse de trouver sa place quelque part. Sa famille n’arrête pas de lui dire qu’elle est stupide. Cela n’aide pas à trouver confiance en elle. Et son don, de voir l’avenir ou le passé en touchant un objet ne lui apporte pas grand-chose. Maintenant qu’elle travaille dans la boutique de Nagasaki tout change. On lui apprend à lire et compter en japonais et en anglais. Elle fait l’inventaire, renseigne les clients, les aide à s’habiller à l’occidentale… Enfin, elle trouve sa place quelque part. Seulement voilà, le patron, M. Momo ne l’a laisse pas insensible. Difficile de faire face à ces émotions si intenses. Surtout en passant du temps avec lui, en apprenant à le connaître, en rencontrant ces amis. Mais une si jeune et ingénue demoiselle pourrait-elle l’intéresser ? Elle n’aura peut-être pas la réponse quand elle apprend qu’il risque de partir longtemps. Il veut ouvrir une boutique de produits japonais en France. Surtout que sa famille souhaiterait la faire marier pour s’en débarrasser. Comment bien réagir à cela ? Et peut-elle faire quelque chose pour changer la donne ? L’entreprise va devoir changer pendant l’absence du patron. Une femme d’affaire va diriger la boutique. Le lieu restera t’il si chaleureux et atypique ?

Kan Takahama place son manga à une période très intéressante pour le Japon et l’Occident. Suite à l’ouverture du pays du soleil levant ce que l’on appelle des chinoiseries arrivent en France et décorent des intérieurs de riches bourgeois. Certains deviennent des collectionneurs compulsifs et cherchent des jolies pièces netsuke, estampe, vase. On peut en admirer certaines dans le fabuleux musée d’Ennery, le musée Guimet ou le musée Nissim de Camondo. Mais on peut voir aussi les copies françaises ou d’ailleurs au musée des arts décoratifs de Paris. La commercialisation de ces objets, le réseau, les mauvaises imitations, la non distinction de la Chine du Japon par l’occidental, l’essor des spécialistes sont très bien abordés dans ce deuxième tome. Cela donne envie de découvrir les objets en vrai pour se rendre compte du choc culturel que cela pouvait procurer pour ceux qui voyaient ces petits trésors artisanaux pour la plupart.

Bien entendu, le manga ne tourne pas uniquement autour de ces thèmes même s’ils m’intéressent beaucoup. On suit une jeune fille qui se transforme doucement en femme, qui doit faire face à ces premiers émois. Cet homme est différent de tout ceux qu’elle a pu rencontrer. En plus, il est curieux et ouvert d’esprit. L’intrigue amoureuse est installée. Surtout qu’une photo d’une charmante demoiselle va faire son apparition ? Qui est-ce ? Est-ce la fiancée de M. Momo ? Voilà une intrigue qui aura peut-être une réponse dans le tome suivant. Et est-ce que M. Momo personnage central dans le récit, va-t-il vraiment partir très longtemps ?

Le trait clair et précis de Kan Takahama nous donne envie de tourner les pages. Les personnages ont vraiment des visages très expressifs et sont bien différents les uns des autres. Elle n’oublie pas non plus de rentrer dans les détails pour mieux nous plonger dans ce contexte historique un peu particulier. D’ailleurs, elle donne des informations historiques aussi bien sur le pays que sur des expressions, des techniques… On peut même faire une recette de cuisine d’une gourmandise qui se rapproche d’une certaine façon de nos crêpes. L’aspect culinaire n’est pas mis de côté. Aucun aspect de la vie et des liens sociaux n’est omis. Ce n’est pas hasard qu’elle a été récompensé au Japon par le Grand Prix Osamu Tezuka, pour sa dernière série: « La Lanterne de Nyx ».

Un nouveau tome qui ouvre de biens nombreuses possibilité de trames narratives. Vivement la suite

2 réflexions sur “La lanterne de Nyx – Tome 2 – Kan Takahama

  1. Pingback: Challenge lecture 2020 – 275 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Ma PAL d’août | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s