I hate Fairyland – Tome 1 – Le vert de ces cheveux – Skotti Young et Jean-François Beaulieu

Que diriez-vous d’aller vous balader dans le monde merveilleux des contes de fée? Mais attention, ça va saigner. Etes-vous prêt à un choc des cultures? 

Tout commençait bien dans le meilleur des mondes. « Il était une fois une petite fille prénommé Gertrude qui rêvait d’un monde merveilleux fait de magie, de rires et de joie ». Elle le souhaitait tellement fort qu’elle a été aspiré vers un univers particulier. « Bienvenue à Fairyland ».

La petite fille voulait retourner chez elle. Pour cela, il suffisait de trouver la clé. Bien entendu, derrière cela se cache des aventures improbables et inimaginables. Pour l’aider, la souveraine lui confie : Larringon Wentworth III (qui est un gros moustique habillé chic et qui parle) et la carte des territoires connus. Maintenant, il n’y a plus qu’à y aller. 27 ans plus tard, la demoiselle était toujours là et elle avait bien changé. Elle n’est vraiment pas douée.

La délicatesse laissait place à la grossièreté et à la violence. Qui l’eu cru! Mais le fait d’avoir tuer l’ensemble des étoiles, la reine décide de faire appel à des spécialistes pour la tuer.

Seront-ils assez fort face à cette terrible jeune fille, remontée à bloc et sans limite? Le premier a essayé et il a perdu sa tête. Que va t’il y avoir par la suite? Une sorcière très puissante qui transforme des gentils faunes en cruels zombies. Gertrude va tous les trucider sans aucun scrupule. La reine trouve une autre alternative. Si une autre petite fille vient dans son monde et qu’elle trouve la clé la première, Gertrude sera à elle et pourra la faire souffrir. Ainsi débarque Happy, une adorable et souriante petite fille qui peut tirer avec des arcs en ciel. Impossible qu’elle trouve la clé avant elle. Direction Fatals Fataux où elle trouvera le nécessaire pour se débarrasser d’Happy. Aucun scrupule d’éliminer Krâhn le sanguinaire, le gardien. Elle rencontre l’homme de la situation qui partage avec elle un goût pour le macabre. Pour la récompenser, il lui offre ces pouvoirs de façon temporaire. Il arriva ce qu’il devait arriver. Gertrude achève la petite Happy pour lui voler la clé. Mais voilà qu’elle dérape et la vengeance à un prix. Il va lui coûter très très cher.

Vous l’avez peut-être compris, Skotti Young met un bon coup de pied au cul à l’univers des contes de fée. En cas de doute, je vous invite à relire le titre du comics « I hate Fairyland ». Elle nous donne une héroïne haute en couleurs, en sauvagerie et en impertinence. Fini les gentilles princesses et bonjour la cruauté sans pitié. Et non, elle ne fait pas des prouts de paillettes. Son truc se sont les armes à feu, les armes blanches…. bref tout ce qui peut tuer directement et facilement.

Hémoglobine garantie. Parfois, si l’idée lui vient à l’esprit, elle le bouffe sans scrupule. Vous l’aurez compris. Esprit sensible passé votre chemin. L’humour décalé se compose même de référence à la culture populaire avec un Bisounours barman, Dark Momord ou elle fuit un endroit qui prend feu comme Bruce Willis dans Die Hard.

Skotti Young pense à tout dans les moindre détails. Vous avez peur de trouver un langage pas très fleurie? Pas d’inquiétude sur ce sujet, vos adolescents pourront lire sans être choqués. On peut y lire « sa mère la flute », « arrête des confiseries », « on l’a dans le muffin », « cette salle petite sucreuse de frites »… Rassurés? C’est un merveilleux sort qui permet cela. C’est assez bien pensé par le scénariste. Par contre, les descriptions, elles sont très imagés : « j’ai envie de t’arracher les ailes. Et puis les pattes. De te regarder. Et de me marrer ». Vous l’aurez compris, ce n’est pas un exemple à suivre pour les jeunes générations. Mais qu’est-ce que c’est drôle. Et puis les plus jeunes ont largement de lectures adaptés à eux. A chaque page, l’héroïne sait nous surprendre aussi bien dans la richesse de son vocabulaire et sa compétence à faire face à toutes les situations.

Surtout quand on est immortel, le dessinateur peut se faire plaisir sur toutes les morts possible sans oublier les détails. Tout est fait pour que le lecteur puisse passer un agréable moment dans l’absurde et rire de bons coeurs. Sans oublier, une furieuse envie de retrouver notre terrible héroïne pour de nouvelles horribles aventures.

Gertrude pourra t’elle enfin quitter le monde de l’enfance pour avancer dans la vie? Ce n’est pas encore aujourd’hui que la totale innocence l’abandonnera.

2 réflexions sur “I hate Fairyland – Tome 1 – Le vert de ces cheveux – Skotti Young et Jean-François Beaulieu

  1. Pingback: Challenge lecture 2020 – 175 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturel – Mai 2020 | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s