Arte – Tome 6 – Kei Ohkubo

Maintenant qu’Arte a découvert le secret de Caterina, il faut qu’elle sache plus. Son boulot est est de rendre heureusement la jeune fille et pour cela elle est prête à tout. Va t’elle y arriver?

Arte a découvert ce qui illuminait Caterina. Mais une femme noble qui aime faire la cuisine, ce n’est pas très convenable. Avant de savoir que faire, il faut panser une blessure. Pour cela, grâce à Youri, Arte va connaître toute l’histoire. Le père de Caterina espérait avoir un garçon car c’est ce qui a le plus de valeur. Alors au lieu d’envoyer le bébé pendant  sa mère de lait pendant 2 ans, il l’éloigne pendant 6 ans. Par chance, entre temps il a eu un garçon et ça c’est intéressant. Quand la petite fille revient au palais le père la regarde et sait que sa dot va lui coûter cher. Bienvenue chez toi. Sa mère ne dit et ne fait pas grand chose. Caterina perd la femme qui l’a élevé et celui qu’elle considérait comme son frère. Et maintenant, elle se retrouve isolé avec des gens qui ne lui portent aucun intérêt. C’est vraiment difficile pour une enfant. Heureusement que Youri veille sur elle et lui trouve Arte. Elle veut que la demoiselle avance et se sente moins triste. Ensemble, elles vont voir Gimo, celui qu’elle considère comme son frère pour avoir le fin mot de l’histoire. Les quelques phrases échangées lui ont permis de prendre conscience de sa destinée. C’est à elle de l’écrire. Grâce à sa préceptrice qui se bat pour elle, la mère de Caterina prend conscience qu’elle doit devenir une vraie maman. Il faut qu’elle lutte pour l’épanouissement de sa fille quitte à contredire son époux. Le pouvoir de changer les choses est aussi en elle.

La femme n’est pas un objet comme un autre, il faut faire un bon mariage pour que cela soit rentable. J’aimerai dire que cette façon de penser est d’un autre temps. Mais malheureusement cela reprend le dessus même à notre époque. Vive le retour du populisme et des religions monothéistes avec son flot de traditionalistes et d’intégristes. Alors dans certains pays comme en Chine ou en Inde, on tue les bébés filles soit avant ou soit après leur naissance. Le souci maintenant est qu’il y a plus d’homme que de femme. Qui a merdé dans cette histoire? Je ferme la parenthèse du diktat du service trois pièces. La mangaka Kei Ohkubo veut montrer le pouvoir des femmes à pouvoir choisir leur vie. Déjà à travers Arte qui malgré son statut social et son genre est artiste, chose très rare pour l’époque (et fait vrai). Et en plus, elle n’est pas mariée ce qui est très mal vu pour son rang. Mais qu’importe, elle avance et progresse dans son métier. Alors pourquoi Caterina qui aime passionnément la cuisine ne pourrait pas devenir cuisinière? Ce n’est pas de son rang cependant il faut des femmes de courage pour changer les choses. Peut-être qu’aidé de son oncle, ils feront évoluer les mentalités. Qui sait? Puis la mère de Caterina, femme soumise, décide enfin de donner son avis à son époux. Comme quoi derrière une jolie plastique peut se cacher aussi un cerveau. Et enfin, la mère de lait qui a élevé pendant 6 ans la petite fille pour lui donner le meilleur et qui est prête à tout pour son épanouissement. Le bonheur de la jeunesse ne devrait pas connaître trop de frontière de rang social. Vous l’aurez compris ce tome est vraiment un hommage au GIRL POWER. Les femmes peuvent tout faire. Alors messieurs si vous croyez que faire pipi debout est la preuve de votre supériorité, asseyez-vous pour faire pipi, histoire de vous remettre à votre place. Un vent de liberté souffle dans les pages de cette série qui tient ces promesses tome après tome. Maintenant et plus que jamais, la curiosité est titillée, on veut savoir quel chemin va suivre Caterina. Et on se doute bien que ce n’est pas celui que son père espérait. Un petit pas pour l’homme et un pas de géant pour la femme.

Une série qui tient ces promesses en nous montrant qu’une femme peut être artiste et respecter de tous. Affaire à suivre.

 

3 réflexions sur “Arte – Tome 6 – Kei Ohkubo

  1. Pingback: Challenge lecture 2020 – 100 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: CoronaPal de la semaine | 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: Bilan culturel – Avril 2020 | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s