Astérix – Tome 38 – La fille de Vercingétorix – Jean-Yves Ferri et Didier Conrad

Dans la famille des nouveaux Astérix, je voudrais « La fille de Vercingétorix ». Pour le 38ème tome, que diriez-vous de retrouver Jean-Yves Ferri et Didier Conrad avec une version plus girly et dans notre époque.

Pour les puristes d’Astérix et Obélix qui ont arrêté de lire la série depuis qu’Uderzo et Goscinny ont passé la main, ne vous plongez pas dans cette nouvelle aventure. Même si en quatre jours seulement, la saga a écoulé quelques 600.000 exemplaires. Restez sur vos bons souvenirs de vos lectures de jeunesse. Difficile d’avoir le talent et le génie du jeu de mot de Goscinny. Alors on fait comme on peut. N’est pas qui veut Goscinny. Jean-Yves Ferri fait preuve d’ingéniosité pour construire une histoire originale et y instaurer de l’humour à plusieurs niveaux. On trouve des « Ras l’amphore », « encore beaucoup de bulots » ou les FARC pour Front Arverne de Résistanche Checrète en référence aux Forces armées révolutionnaires de Colombie créées en 1964. Mais cela n’a rien à voir avec la saveur d’antan. En effet, c’est plutôt rare d’avoir un personnage féminin mis en avant alors on peut lui accorder cela. Il fait des clins d’oeil comme ce prétendu torque qui aurait été découvert en Bretagne en 2016 et insère un peu d’humour assez grand public afin de toucher un plus large public. Didier Conrad conserve totalement l’esprit Uderzo et est très fidèle aux précédents tomes.

Vercingétorix, un homme dont certain ont oublié le nom et dont il faut éviter de prononcer. C’est un peu le Voldemort des gaulois. Il a une fille, Adrénaline, au tempérament de feu. César la recherche pour en faire son atout de supériorité et un espion, le traître Adictosérix, l’aide à cela. Cette fois cela ne sera pas si facile d’enlever la demoiselle car elle est au village des irréductibles gaulois. C’est une chance qu’elle aime fuguer.

Ce qui nous permet de retrouver notre village, nos héros, nos fameux pirates, un goth (en rééducation romaine), les bagarres ordinaires… La petite nouvelle se fait des amis de son âge avec Selfix, le fils de Cétautomatix, le forgeron et Blinix le fils d’Ordralfabétix. Choisir son avenir, c’est quelque chose de compliquer et faire un stage chez leurs parents leur donne une idée de ce qu’ils ne veulent pas faire. Pour une fois place à la jeunesse, les héros habituels sont relégués au second plan. Ils se préoccupent de la nature avec ces gens qui mangent à outrance des sangliers qui vont finir par disparaître. Il ni a pas que la fête dans la vie. De toute façon, seul le barbe arrive à les comprendre. Adrenaline est une vraie rebelle capricieuse à l’image des ados de notre époque. Elle rêve d’un monde meilleur sur une île loin de tout pour sauver les enfants abandonnés. Peut-être pourra t’elle postuler à miss gauloise? Est-ce ce genre de chose rend le personnage plus marquant? Je crains que non.

Alea Jacta est

 

L’avis de Belette : « Pour une fois, je ne hurlerai pas « Goscinny, reviens, ils sont devenus fous » et j’espère que l’album suivant sera dans la lignée de celui-ci tout en sachant que le challenge est relevé car il faut passer après Goscinny et ce n’est pas une mince affaire ! »

 

 

2 réflexions sur “Astérix – Tome 38 – La fille de Vercingétorix – Jean-Yves Ferri et Didier Conrad

  1. Pingback: Challenge lecture 2020 – 100 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturelle – Mars 2020 | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s