Kenshin restauration – Tome 2 – Nobuhiro Watsuki

Le Battosaï a encore quelques ennemis qui veulent leur revanche. Jinné Udo fait parti de ces êtres qui ne connaîtront de répit sans avoir un combat où il ne sortira qu’un vainqueur. Va t’il arriver à achever son rival?

Voici le deuxième tome qui clôture cette série Kenshin restauration. Un duo de livre qui n’est là que pour faire écho au film sorti en 2012. Une façon pour Nobuhiro Watsuki de faire revivre en papier une dernière fois son héros mythique. A jamais Kenshin, le vagabond restera dans les séries les plus marquantes surtout dans la catégorie des samouraïs. L’assassin, qui a tué sans pitié pour que son pays rentre dans l’ère Meiji afin que le peuple connaisse une meilleure situation. Le combat terminé, quoi de plus normal de devenir vagabond pour aider les plus faibles? Mais à la seule condition que son chemin ne soit plus parsemé de cadavres sanguinolents. Pour cela, il a retourné la lame de son sabre. Maintenant, il a trouvé des amis avec qui il s’entend à merveille. Un ancien adversaire va revenir faire surface à la demande d’un homme malhonnête qui veut un terrain à tout prix.

Jinné Udo possède un physique assez effrayant et n’a aucun scrupule à tuer tout ceux qui oseront se mettre sur son chemin. D’ailleurs, dans chaque main il possède des trous qui lui permettent de passer ces sabres. C’est certain, cela surprend l’adversaire à coup sur. Il semblerait que Kenshin soit responsable de ce petit souvenir de combat. Pour motiver notre bond vagabond à un combat à mort, il enlève la petite Kaoru puis la transperce de part en part. Voilà, maintenant le Battosaï est revenu pour faire vengeance. Le combat se fait sans demie mesure et ça tranche à tout va, le sang coule. Sauf que Kaoru n’est pas vraiment morte , elle demande à Kenshin de revenir et de tenir sa promesse. Jinné Udo ne semble pas apprécier ce revirement de situation. Le combat se terminera bien avec un seul gagnant. Je ne vous dévoilerai pas la fin pour éviter de vous gâcher la surprise.

Le dessin de Nobuhiro Watsuki a bien évolué depuis 1994. Le trait est plus fin, plus précis et les personnages semblent plus adultes (même si la plupart sont mineurs). Même les traits de Kenshin sont moins féminins. Comme diraient certaines, c’est le travail de la maturité. C’est toujours un plaisir de ce replonger dans cet univers qui trouve le juste milieu entre justice et vengeance. Les dynamiques scènes de combats satisferont les néophytes du genre quelque soit leur âge. En plus, pour détendre l’atmosphère on trouve toujours une bonne dose d’amitié et d’humour. Tous les ingrédients sont réunis pour en faire une bonne série. Cela va inciter, je ne doute pas, des lecteurs à découvrir la série d’origine qui n’a pas trop vieillie malgré le temps.

Une série qui se clôture en beauté pour confirmer l’espoir qui revient avec l’ère Meiji.

 

7 réflexions sur “Kenshin restauration – Tome 2 – Nobuhiro Watsuki

  1. Pingback: Challenge lecture 2020 – 100 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: CoronaPAL de mangas | 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: Bilan culturelle – Mars 2020 | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s