La petite faiseuse de livres – Tome 1 – Miya Kazuki et Suzuka

Que feriez-vous si vous vous réveillez demain et qu’il n’y a plus de livres ? Une seule envie vous titillerait : en créer. Mais comment faire ? d’autant plus si vous une enfant ?

Urano Motosu vivait paisiblement son quotidien jusqu’au jour où une bibliothèque pleine de livres lui tombe dessus et la tue. Quelle bibliothécaire passionnée ne rêverait de mourir ainsi ? Bon, peut-être pas dans la fleur de l’âge quand tout se passait bien. Mais une chose étrange se produit car elle finit par se réveiller dans un autre monde et dans le corps d’une petite fille malade de 5 ans. Sa famille l’appelle Maïn. Pour mieux comprendre où elle a atterri il faut trouver des livres qui pourront tout lui révéler. A grand renfort d’énergie, c’est en vain qu’aucun ouvrage ne se présente à elle. Très vite, elle comprend qu’elle fait partie d’une famille pauvre et que peut-être les livres sont trop chers. Impossible de se résoudre à cette évidence. L’accroche de la couverture trouve alors tout son sens : « Si les livres n’existaient pas, il faudrait les inventer ». A partir de là, une belle aventure débute pour changer de vie.

Comme un lapin dans les phares d’une voiture, je ne résiste pas à un manga qui parle de livres. D’autant plus quand on parle d’une jeune fille qui ne peut se passer de livres. Comment je ferais dans un monde sans livre ? Je serais bien triste. Miya Kazuki part du créneau dans un monde imaginaire où il est possible de tout imaginer. Maïn va faire fonctionner sa mémoire pour se souvenir comment faire du papier et les égyptiens lui viennent à l’esprit. La peau d’animal est bien trop cher. Par chance, l’hiver arrive, elle aura du temps à consacrer à cette création. Mais va-t-elle y arriver ? La probable réponse dans le tome 2. Elle fait marcher sa mémoire pour améliorer son quotidien comme faire le ménage ou faire du shampoing.

Le détail assez intéressant repose sur les mots modernes que les autochtones ne comprennent pas comme livre, encre… Ils apparaissent avec un lettrage différent pour montrer un choc des cultures. Un choix intéressant qui demande alors au personnage de trouver des mots plus compréhensibles et plus cohérents d’une époque. Une manière élégante aussi d’illustrer les strates sociales avec le niveau qui permet d’avoir et d’acquérir des connaissances. Tout le monde ne peut pas apprendre à écrire mais tout le monde peut lire des chiffres comme les prix au marché. Si elle invite l’imprimerie, est-ce que cela va changer l’équilibre des valeurs ? Pourra t’elle ainsi assouvir sa passion ? Pourra t’elle découvrir les livres que possèdent les nobles ?

Sa mémoire lui permettra-t-elle de créer de nouvelles choses pour le confort de sa famille et de ses nouveaux amis ? Je n’en doute pas car ce premier est déjà très prometteur et déjà addictif. Impossible de ne pas avoir envie de poursuivre l’aventure et de ce savoir ce qui va arriver. Surtout qu’il se dégage une ambiance délicate, bienveillante et chaleureuse. Malgré la misère, chaque personnage garde le sourire et l’espoir dans un monde meilleure demain. Comment résister à cette bouffé de positivisme ?

Une rencontre avec une bibliovore qui est prête à tout pour assouvir sa passion de l’écriture qui à inventer le livre. Attention, une fois que vous serez rentrés dans l’univers vous ne pourrez plus le quitter.

2 réflexions sur “La petite faiseuse de livres – Tome 1 – Miya Kazuki et Suzuka

  1. Pingback: Challenge lecture 2020 – 50 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturelle – Mars 2020 | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s