L’été à Kingdom Fields – Jon McNaught

Un long voyage attend Andrew et Suzy sur la route des vacances. Dépaysement garantie où lenteur et silence deviennent maître du temps. Que diriez-vous de passer votre été à Kingdom Fields?

On a l’impression que l’on ne va jamais arriver quand les routes sont remplies de voiture. Rien de tel qu’un petit arrêt à une ère d’autoroute pour faire souffler la famille. Surtout que les deux enfants n’en peuvent plus. Quelques heures plus tard, après s’être endormi, ils arrivent enfin à Kingdom Fields et sous un grand rayon de soleil. « Vous êtes arrivés à destination ». Le bungalows sur la côte anglaise est tout confort avec des chambres, cuisine, salon… Après une nuit de sommeil, un nouveau jour commence. Andy n’est pas dépaysé avec son ordinateur et les jeux vidéos même si le réseau pourrait être meilleur. A un moment, il décide à aller dehors voir ce que la nature a à offrir. La mère profitent d’un rayon de soleil pour découvrir à sa fille la fameuse grotte des sirènes de son enfance. Le soir, ils se retrouvent tout simplement. « – Alors c’était bien ton expédition? – Ouais ». Les choses à faire manquent alors on cultive l’ennui dans la simplicité. Enfin, le jour J arrive pour un retour à la normal.

Dès la première page, nous voyons aussitôt que nous franchissons une frontière dans un univers graphique atypique. Une grande route rouge sur laquelle circule quelques véhicules, on pourrait croire un fait ordinaire. Mais les couleurs sont claires, pâles avec des formes arrondies. Puis on toune les pages et une autre structure de page s’illustre. Des petits rectangles tel un gaufrier qui nous montre un autre paysage et donne une morne dynamique en alternant avec des panoramiques et des pleines pages. Le dessinateur donne une focale particulière aux détails et aux oiseaux. On comprend assez vite que nous allons suivre le périple d’une famille qui doit rencontrer l’humain loin des réseaux sociaux. L’approche est originale et intrigante. Les teintes des aplats de couleurs changent selon le lieu. Dans la grotte, le bleu se dévoile et à l’extérieur c’est plutôt le orange. En fond, un gris qui contraste avec le pourtour noir des formes. Un choix qui intrigue à chaque page. Jon McNaught n’hésite pas d’ailleurs de jouer avec ces codes par exemple avec la pluie où tout devient géométrique. Un jeu intelligemment mené qui sait surprendre et séduire. On suit le rythme lent et contemplative sans jamais s’ennuyer.

Un moyen de se plonger dans les souvenirs de vacances d’un autre temps. On admire le temps qui s’écoule.

2 réflexions sur “L’été à Kingdom Fields – Jon McNaught

  1. Pingback: Challenge lecture 2020 – 50 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturelle – Mars 2020 | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s