Un bébé nommé désir – Fanny Lesbros et Pauline Aubry 

Vouloir un enfant, voilà un désir bien naturel. Du moins, c’est ce que beaucoup veulent nous faire croire. Qu’en est-il vraiment alors ?

Le 15 octobre 2019, le projet de loi bioéthique a été adopté en première lecture à l’Assemblée Nationale. La PMA est maintenant ouverte aux couples de lesbiennes et aux femmes non-mariées. Evoquée cette avancée dans la mentalité de la société n’est pas sans parler des multiples manifestations dans les rues de la France. Groupuscules intégristes et traditionalistes religieux défilent dans les rues pour prôner un papa et une maman. Ils veulent montrer leur force de frappe que les mentalités doivent rester dans un autre temps. Le conformisme et la propagande doivent être le seul et vrai modèle. Après tout, ce n’est pas ce qui se faisait déjà avant ? Est-ce que cette explication suffit à justifier une envie d’enfant ? Pourquoi les femmes veulent-elles avoir des enfants ? Est- ce vraiment dû à l’horloge biologique ? Et si au final, c’est principalement une construction sociétale ? Parce que toutes les femmes ne veulent pas avoir des enfants. Elles ne sont pas pour autant être des personnes inférieures ou incomplètes. Fanny, journaliste qui va devenir maman se pose ces questions et part en quête de réponse pour mieux comprendre.

Le discours un papa et une maman n’est-il pas déjà fossé avec cet intitulé ? Car au final, c’est plus des spermatozoïdes et un ovule qui sont en jeu. La chose la plus indispensable quand on fait le choix d’avoir un enfant se résume à de l’amour. L’Amour n’est pas une chose qui est genrée. C’est une volonté de donner de l’affection sans borne à un autre être humain. L’affection sera d’autant plus sincère quand on choisit de la donner. Le personnage de la journaliste mène l’enquête sur ce désir d’enfant qu’elle comprend bien surtout qu’elle est enceinte. Elle aborde la question sous plusieurs angles du rôle de parents : les intégristes et traditionalistes religieux, les homosexuelles et toutes les formes de famille possible. C’est aussi l’opportunité de parler des divers façons de fabriquer un enfant et d’évoquer l’infertilité avec sa souffrance. Fanny Lesbros a ingénieusement choisi de ne pas baser son regard qu’à travers un personnage. Elle fait appel à divers spécialistes : Yvonne Knibiehler, historienne des femmes et de la maternité, René Frydman, gynécologue, instigateur du premier « bébé éprouvette », Boris Cyrulnik, neuropsychiatre… Ils apportent un regard professionnel pour une question sensible. Une affirmation change la donne, ce désir d’enfant est lié à la culture de la société. Il n’est pas question d’instinct, de chose naturelle… et non. Le conditionnement explique que le taux de natalité soit plus élève dans les cultures très croyantes contrairement aux pays plus libres et ouverts d’esprit. «Dans les sociétés traditionnelles, la maternité est très valorisée. Remettre en cause cette construction est extrêmement difficile. La femme doit être sûre d’elle et prête à affronter le regard de sa famille et de la société.»

Un ouvrage qui propose une nouvelle approche critique et passionné sur un sujet d’actualité.

 

3 réflexions sur “Un bébé nommé désir – Fanny Lesbros et Pauline Aubry 

  1. Pingback: Challenge lecture 2020 – 20 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturel – Janvier 2020 | 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: Bilan culture – Janvier 2020 | 22h05 rue des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s