Dans la toile – Vincent Hauuy

La mémoire est une toile très complexe. Quand quelque chose de sombre guette, tapi dans l’ombre et qu’on oublie les choses, la peur augmente. Est-il possible de vaincre ces craintes ?

Vincent Hauuy m’avait conquise avec son premier roman « Le tricycle rouge » que j’avais dévoré d’une traite. Ainsi que la suite dans laquelle il affirme son style et sa plume. Alors quand je découvre qu’il publie un nouveau roman toujours chez ce bon éditeur « Hugo et Compagnie », je n’hésite pas à me saisir du livre. Et dès la première page, je suis emporté par un récit qui petit à petit va dévoiler sa complexité et son étrangeté. Au début, rien de très mystérieux. Une femme va discuter chez un psy suite à une fusillade qui a causé des troubles de la mémoire. Une partie de son passé a été effacée et elle ne se souvient pas des visages des gens. Difficile d’avancer et de se reconstruire dans ces circonstances. Heureusement que son mari veille sur elle et son bien-être. D’ailleurs, c’est pour cela qu’ils déménagent dans les Vosges pour se reconstruire. Du moins, c’est ce que l’on veut nous faire croire.

Les choses changent doucement. On s’en rend compte car l’histoire nous est racontée avec la date, l’heure et le lieu. On sent la progression dans le doute, la peur, la suspicion et peut-être la folie. Après les traumatismes subis dans sa jeunesse puis la fusillade reste-t-il encore de la place au malheur ? Ne dit-on pas jamais deux sans trois ? Les incohérences deviennent de plus en plus nombreuses. Qui se cache derrière ces photographies de peinture ? Et ce message « Tu n’as aucun éclat, ma colombe » qui peut en connaître le sens hors Isabel ? Et puis ce fantôme dans la maison, il veut dire quelque chose, mais quoi ? Jour après jour tout se dévoile et incite le lecteur à tourner les pages s’il veut connaître les réponses. L’auteur maîtrise très bien le suspens qui monte progressivement pour terminer sur une fin que rien ne laissait prévoir. Surtout qu’il joue entre le passé et le présent pour mieux illustrer la fragilité de ces personnages.

Même si j’ai été moins emportée que son premier roman que j’avais dévoré en deux jours, le roman se lit assez bien et assez vite. On ne peut pas trop le laisser de côté sans connaître le dénouement final. J’aurais aimé avoir plus de petits cailloux pour mieux deviner la fin. Et aussi un mystère plus épais, plus étrange cependant j’ai beaucoup aimé ce thriller psychologique et je le recommande. D’ailleurs, je vais rester les yeux ouverts pour savoir quand sors son prochain roman.

Une lutte entre les démons intérieurs de chacun pour connaître pour certaines une liberté au grand air. Pour d’autres, c’est un chemin vers le néant sans retour possible. Un combat d’où va naître des blessures qui vont faire rayonner d’un éclat singulier des êtres forts et fragiles à la fois.

Une réflexion sur “Dans la toile – Vincent Hauuy

  1. Pingback: Challenge lecture 2019 – 250 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s