Freaky Mouse – Alexandre Arlène, Gyom et Mista Blatte

Vous connaissez l’univers de Mickey avec ces très nombreux personnages. Tous sont beaux, minces et leur arrivent de drôles d’aventures. Mais normalement, tout fini bien. C’était avant.

Ce n’est pas par hasard que la bande dessinée se nomme « Freaky Mouse ». Et si vous aviez un doute, vous voyez sur la couverture, Mickey dans l’obscurité avec un sourire cruel qui regarde ces amis morts pour certains et ensanglantés. L’ambiance est plantée. Donc vous savez que vous n’aurez pas d’histoires gentillettes et de bonnes morales. Alexandre Arlène ne s’arrête pas à la culture Disney. Dès le premier gag, on nous propose un clin d’oeil. Mickey enfant rêve de faire Fantasia. Et voilà que son chapeau lui parle et lui dit « Trop d’ambition, Serpentard ». Toutefois, ne vous attendez pas à voir apparaître Harry Potters ou Voldemort. Vous allez trouver les princesses, les neveux de Donald, les héros Disney de la première à la dernière génération, dessins animés et même film. Un grand panel qui permet de faire des blagues sont bien des sujets.

L’effet doit être efficace assez vite car le trio scénariste, dessinateur et coloriste n’ont le droit qu’à deux pages maxi pour faire rire. Pour que la compréhension soit assez efficace, Gyom ne s’embarrasse pas avec des décors chargés. Et Mista Blatte, favorise les aplats de couleurs et des teintes assez peps et sans nuance. Tout est fait pour que la blague fasse sont effet en un clin d’oeil. Pas besoin non plus d’avoir une grande culture Disney pour comprendre. L’humour noir et le sarcasme sont de mise. Attentions aux âmes sensibles, car vous n’aurez pas assez de doigt sur votre main pour compter les morts. Le sang ne va pas se faire discret non plus. C’est le côté obscur du monde merveilleux de Disney.

Je n’ai pas été totalement conquise malgré la recherche et l’originalité. Le côté trash ne m’a absolument pas dérangé, bien au contraire. Mais j’aurais apprécié être surprise, étonnée et m’esclaffer à chaque gag. Au final, j’ai peut-être esquissé un sourire car j’ai eu ce que à quoi je pouvais m’attendre. Et parfois, ils n’ont pas osé aller au bout d’une idée car trop osé. Dommage. La prochaine fois que je passe devant une bd de ce genre, je passerais mon chemin.

Des idées qui manquent de noirceur pour être à la hauteur de la promesse de la couverture.

3 réflexions sur “Freaky Mouse – Alexandre Arlène, Gyom et Mista Blatte

  1. Pingback: Challenge lecture 2019 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s