Les chasseurs de rêves – Tome 2 – Haro sur le Tigronimbus – Martin Desbat

Au bout d’un temps, un chasseur de rêves sans aventure s’ennuie. Il décide de prendre le taureau par les cornes et va à la rencontre de l’imprévu. Heureusement que de son fidèle serviteur, Sancho, est là pour l’aider dans toutes les situations.

Difficile de calmer les ardeurs du chasseur quand il se met en tête de devoir partir vivre une aventure. Même une tisane ne vient pas à bout de son impatience. Heureusement que son côté maladroit l’incite parfois à faire n’importe quoi et il se fatigue tout seul. Mais cela n’est valable que pour un temps. Par chance, quand on chasse le rêve il arrive souvent plus vite que prévu. Pendant que Sancho prépare une daube de poulpe à la provençale et que son maître lit « 20 000 lieues sous les mers » une chose incroyable se déroule. De l’eau inonde la maison, un poulpe sort du faitout et les attaque. Les voilà au milieu d’un océan à lutter contre l’animal pour leur survie. Heureusement, ils pourront rentrer sain et sauf. A part le livre de Jules Verne qui sera couvert d’encre lancée par l’animal en colère. Pour se remettre des émotions rien de tel qu’un petit bain. Une occasion de se plonger dans la lecture de « Moby Dick ». « Sancho, un peu plus d’eau chaude s’il te plaît ». Il n’en fallait pas plus pour arriver sur un bateau en pleine mer pour attraper cette fameuse baleine blanche. Bien entendu, la nature va triompher de l’homme et l’animal va les dévorer. Pour un instant assez bref, puisque Sancho en préparant une tisane va provoquer l’éternuement du magistral animal. Les voilà enfin sauver. L’ennui revient vite alors Sancho construit un dirigeable. Une opportunité unique pour le chasseur d’attraper des animaux nuages pour les mettre en bouteille. Ce qui n’est pas du goût de tous les nuages et en un éclair les voilà retomber à terre. Le retour à la maison ne se passe pas si bien puis le chasseur est malade. Alors direction l’intérieur de son corps pour combattre les bactéries. Tous les moyens sont bons pour s’en sortir en bonne santé.

Quelle histoire vraiment incroyable nous propose Martin Deslat. Sous des airs d’une bande dessinée pour enfants assez innocente se cache un trésor d’imagination étonnante. Déjà le personnage principal n’est pas qu’un simple chasseur, c’est un chasseur de rêves. Une lecture, une évocation et l’aventure se concrétise tout de suite. Et tomber en plein cœur de « 20 000 lieues sous les mer » ou « Moby Dick » ferait rêver plus d’un lecteur. Imaginer aller dans les livres qui vous sont les plus chers ou les plus improbables. Un espoir qui fait déjà rêver certains. Puis ce personnage est accompagné d’un serviteur nommé Sancho comme Sancho Panza dans « Don Quichotte » de Miguel de Cerventes. Même physiquement, il ressemble à la description que l’on peut en lire ou voir dans les adaptations. Mais il n’est pas aussi benêt. On pourrait dire qu’il détient le cerveau de l’équipe. Il ne manque jamais d’humour aussi bien dans le texte que dans les rocambolesques péripéties. Cela s’affirme dès la première page. Dans le salon, on voit de nombreuses têtes d’animaux qui sont des trophées. Puis grâce à une porte cachée, Sancho y va quand le chasseur est couché. Il va nourrir et soigner tous les animaux. Ils sont tous vivants. Au final, ils jouent un rôle de comédiens pour le maître de maison. Je trouve cette situation totalement insolite et pleine d’humanité. Commencer en plus ave cela donne le ton pour le reste de la lecture. Il y aussi l’intelligence dans l’écriture pour créer de tels récits et en intégrant des références au monde de la littérature. Nos deux héros se font dévorer par la baleine. Et qui rencontrent-ils dans le ventre de l’animal ? Pinocchio qui recherche son papa, le baron de Münchhausen et Jonas. C’est vraiment judicieux et très bien amené. Bref, un vrai régal de la première à la dernière page qui me donne très envie de découvrir le premier tome.

Une passionnante bande dessinée qui se dévore avec plaisir et sourire tout en se partageant avec toute la famille.

2 réflexions sur “Les chasseurs de rêves – Tome 2 – Haro sur le Tigronimbus – Martin Desbat

  1. Pingback: Challenge lecture 2019 – 150 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan culturel août 2019 | 22h05 rue des Dames

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s